Soudan. Le Conseil de sécurité doit allouer des moyens suffisants à la mission au Darfour

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI

Dans une note adressée aujourd’hui (vendredi 8 février 2008) au Conseil de sécurité des Nations Unies en prévision de son débat sur le Darfour, Amnesty International exhorte les représentants des États à veiller à ce que la mission des Nations Unies dispose des ressources nécessaires pour mener à bien son travail.

«  Il ne suffit pas d’adopter une résolution prévoyant l’envoi d’une mission des Nations Unies au Darfour. Le Conseil de sécurité doit veiller à ce que cette mission bénéficie des moyens et de la marge de manœuvre nécessaires pour protéger la population des mauvais traitements, des atteintes sexuelles et des homicides », a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International.

Dans sa note, Amnesty International détaille les moyens qu’elle juge indispensables au bon fonctionnement de l’opération hybride de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour, comme les hélicoptères, le personnel et les transports terrestres.

Elle exhorte aussi les autorités soudanaises à faciliter le travail de la force des Nations Unies en accélérant la délivrance des visas et en ne retenant pas le matériel indispensable à la douane.

L’organisation souligne également que, même sans l’intégralité de ses moyens, la Mission de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) doit pouvoir agir dès maintenant pour protéger les civils sur le terrain, en patrouillant constamment autour des camps, en menant des patrouilles le long des routes et en cherchant à atteindre les populations locales isolées, qu’il s’agisse de populations déplacées ou autres, arabes ou non.

« Le Conseil de sécurité et le gouvernement soudanais ont tous deux une responsabilité et un rôle à jouer pour que cette mission des Nations Unies protège efficacement les populations menacées du Darfour. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées