SOUDAN : Un militant des droits humains connu à nouveau arrêté

Index AI : AFR 54/010/2005
ÉFAI

Lundi 24 janvier 2005

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International a fait part ce lundi 24 janvier de sa profonde
inquiétude à la nouvelle de l’arrestation de Mudawi Ibrahim Adam, militant
soudanais des droits humains et président de l’organisation humanitaire
soudanaise de développement social, la SUDO (Sudan Social Development
Organisation).

Des membres de l’Agence nationale de sécurité et des renseignements ont
arrêté Mudawi Ibrahim Adam et un ami, Salah Mohamed Abdelrahman, à son
domicile familial à Kondua, un village de l’État du Kordofan septentrional,
à 23h00 TU le dimanche 23 janvier. Aucune raison n’a été donnée pour
justifier leur arrestation et personne n’a pu jusqu’ici avoir accès aux
détenus. Ils auraient été emmenés au bureau de l’Agence nationale de la
sécurité de la ville d’Umburua, dans l’État du Kordofan septentrional.

« Les deux hommes doivent pouvoir contacter immédiatement leurs proches,
leurs avocats et obtenir les soins médicaux dont ils pourraient avoir
besoin. Les détentions au secret ont servi de cadre à d’innombrables actes
de torture par l’Agence nationale de sécurité soudanaise », a déclaré le
directeur du programme Afrique d’Amnesty International, Kolawole Olaniyan.

Amnesty International s’inquiète du harcèlement continu dont sont victimes
les membres du personnel de l’organisation soudanaise de développement
social et les défenseurs des droits humains de manière générale au Soudan.

Mudawi Ibrahim Adam a déjà été détenu auparavant. Il avait été arrêté le 28
décembre 2003 par l’Agence nationale de sécurité à son retour du Darfour, où
la SUDO fournit une aide humanitaire aux civils déplacés. Il avait été
ensuite inculpé de « crimes contre l’État » ; parmi les preuves retenues
contre lui figuraient des publications d’Amnesty International trouvées en
sa possession. Amnesty International l’avait adopté comme prisonnier
d’opinion. Toutes les charges retenues contre lui avaient été abandonnées en
août 2004.

Le 10 septembre 2004, Adib Abdel Rahman Yusuf, chef du bureau de la SUDO à
Zalingei, dans l’État du Darfour occidental, a été arrêté dans la capitale,
Khartoum, par des membres de l’Agence nationale de sécurité et des
renseignements. Il est détenu au secret depuis, sans avoir été inculpé, dans
la section politique des bureaux de l’Agence nationale de sécurité et des
renseignements de Khartoum. Amnesty International le considère comme un
prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir poursuivi de façon
pacifique une activité légale.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées