Sri Lanka. Amnesty International demande la fin immédiate des attaques contre les civils

Vingt-trois personnes au moins ont été tuées et beaucoup d’autres ont été blessées lors d’attentats à l’explosif à Sri Lanka.

Selon les informations transmises par les médias, une bombe a explosé dans un autocar bondé de passagers à Katubedda, près de Colombo, le 6 juin, tuant 21 civils et faisant au moins 60 blessés. Le deuxième attentat visait un bus qui circulait dans le district de Kandy, au centre du pays. Des témoins rencontrés sur les lieux de ces carnages ont indiqué que les gens avaient de plus en plus peur de se déplacer. Une bombe avait explosé à Colombo deux jours auparavant. La récente série d’attentats fait partie d’’un ensemble d’attaques menées sans discrimination, de façon planifiée, dans le sud du pays, tandis que le conflit s’intensifie dans le nord.

Les autorités ont imputé ces violences aux Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul (LTTE). Aucun groupe n’a revendiqué les attentats, mais ils présentent des caractéristiques qui évoquent la manière de procéder des LTTE.

Amnesty International a condamné à maintes reprises les actes de violence commis par les LTTE, notamment responsables d’homicides de civils, de prises d’otages, de torture et d’autres atteintes aux droits humains. L’organisation a demandé qu’il soit mis fin à ces violences et que ceux qui en sont responsables soient traduits en justice conformément au droit international.

À l’heure où le conflit s’intensifie dans le nord du pays, Amnesty International demande au gouvernement sri-lankais de faire en sorte que ses forces de sécurité respectent les obligations du Sri Lanka aux termes du droit international humanitaire et relatif aux droits humains, en veillant en particulier à ce que la population civile soit protégée en tout temps.

Amnesty International demande également aux LTTE et aux autres groupes armés de respecter les règles du droit international et la vie des civils.

Amnesty International lance un appel pour que cessent immédiatement les attaques contre les civils.

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse