Sri Lanka : Festival des droits humains de l’Asie du Sud à Colombo

Amnesty International est fière d’annoncer que le festival Art for Rights : South Asia Human Rights Festival se tiendra à l’Office national du film, à Colombo, du 5 au 9 décembre.

Ce festival comprend la projection de films, des spectacles de danse et des concerts, des installations d’art contemporain, des débats, des graffitis, des expositions de photos et de nombreux autres événements. Art for Rights célèbre le travail des artistes et des défenseur·e·s des droits humains en Asie du Sud et marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« C’est la première fois qu’Amnesty International organise un festival des droits humains à Colombo. Notre objectif est de rassembler le plus grand nombre possible de militants, d’artistes, d’étudiants et de groupes de jeunes sur une plateforme commune, et de lancer des débats sur les droits humains et les défis auxquels nous sommes confrontés dans la région, a déclaré Biraj Patnaik, directeur pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

Ce festival est tout spécialement axé sur des installations d’art contemporain, y compris avec la participation du célèbre photographe bangladais Shahidul Alam et celle de Dhahau Nazeem, photographe et militant des Maldives.

Parmi les points saillants de ce festival on peut citer :

- Des films primés venant d’Afghanistan, du Bangladesh, d’Inde, du Népal, du Pakistan

- Des représentations de compagnies de danse du Sri Lanka et de la communauté Tharu du Népal

- Des concerts d’Ali Aftab, l’un des musiciens pakistanais les plus provocateurs, qui mêle à son travail la satire et des commentaires politiques.

- Des graffitis et des peintures murales du célèbre collectif afghan ArtLords

- Un débat intitulé « Ce qui a déraillé avec les droits humains », auquel participent d’éminents membres de la société civile sri-lankaise

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.