Sri Lanka : Le jugement du tribunal est une victoire pour les défenseurs des droits humains

La condamnation d’un moine bouddhiste qui avait menacé Sandhya Eknaligoda, militante de renom contre les disparitions forcées, est une victoire pour les défenseurs des droits humains au Sri Lanka.

Un tribunal de première instance de Homagama a condamné le moine Galagodatte Granansara Thero à six mois de prison et à une lourde amende pour avoir menacé Sandhya Eknaligoda au tribunal, lorsqu’elle comparaissait en 2016 afin de réclamer justice pour son mari, le célèbre dessinateur de presse sri-lankais Prageeth Eknaligoda, victime d’une disparition forcée.

« C’est un verdict important pour tous ceux qui se consacrent à défendre les droits humains au Sri Lanka. Il délivre un message clair à tous ceux qui cherchent à intimider, menacer et faire taire les personnes en quête de justice », a déclaré Omar Waraich, directeur adjoint pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

Complément d’information

Prageeth Eknaligoda a été victime d’une disparition forcée en 2010. Depuis, son épouse Sandhya mène un combat, difficile mais acharné, pour obtenir justice, en butte à de graves menaces. L’enquête n’a guère progressé. Le moine a menacé Sandhya devant la salle d’audience lorsqu’elle assistait aux audiences sur la disparition de son époux.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !