Sri Lanka. Les autorités ne doivent pas torturer les demandeurs d’asile déboutés qui viennent d’être renvoyés du Royaume-Uni

Les autorités sri-lankaises doivent s’abstenir de maltraiter de quelque manière que ce soit un groupe de Sri-Lankais dont la demande d’asile a été rejetée et qui sont arrivés à Colombo vendredi 17 juin après avoir été renvoyés de force du Royaume-Uni, a déclaré Amnesty International.

Ces 26 Sri-Lankais, des Tamouls pour la plupart, auraient été emmenés pour être interrogés dès leur arrivée dans la capitale. Amnesty International considère que certains d’entre eux courent le risque d’être torturés.

Cette expulsion survient après la mise en lumière par un documentaire britannique, Sri Lanka‘s Killing Fields, de nouveaux éléments établissant que des crimes de guerre ont été commis au Sri Lanka, dans les derniers jours de la guerre civile, en 2009.

« Le gouvernement du Sri Lanka a fréquemment arrêté et placé en détention des Sri-Lankais de retour dans le pays après le rejet de leur demande d’asile, et nous avons eu connaissance de cas de personnes qui ont été torturées à ce moment-là », a déclaré Yolanda Foster, chargée des recherches sur le Sri Lanka à Amnesty International.

« Il est très préoccupant d’apprendre que quelques minutes à peine après être sorties de l’avion à Colombo ces personnes ont déjà été arrêtées. Les autorités sri-lankaises doivent veiller à ce que les demandeurs d’asile déboutés ne soient pas torturés ni soumis à une quelconque forme de mauvais traitements. »

Toutes les infos

Infos liées