SRI LANKA - Une enquête indépendante doit être menée sur l’attaque qui a visé la Commission nationale des droits humains COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT D’AMNESTY INTERNATIONAL ET DE HUMAN RIGHTS WATCH

Index AI : ASA 37/002/2005

(Londres, le 13 octobre) Une enquête indépendante doit être ouverte immédiatement sur l’attaque perpétrée contre le siège de la Commission nationale des droits humains (NHRC) à Colombo au matin du 12 octobre. Les bureaux de la Commission nationale des droits humains ont été mis à sac, des dossiers ont été détruits et les auteurs de l’attaque ont mis le feu à des journaux. Les bureaux ont été arrosés de kérosène. Bien que l’on ne connaisse pas encore l’identité des attaquants, il s’agit là d’une menace sérieuse pour l’action de la Commission nationale des droits humains.

« Il semble que l’on ait affaire à une tentative d’intimidation de la NHRC, la plus importante institution de défense des droits humains au Sri Lanka, a déclaré Natalie Hill, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. On ne doit pas permettre que de tels actes d’intimidation aient lieu. Les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires et veiller à ce que la Commission nationale des droits humains puisse mener son action de manière indépendante et en toute sécurité. »

La police a ouvert une enquête mais les organisations de défense des droits humains ont souligné la nécessité d’une enquête indépendante. La Commission nationale de défense des droits humains étant habilitée à examiner les violations de droits par les agents de l’État, y compris les policiers, il est essentiel que soit nommé un organe neutre et compétent pour enquêter sur l’acte d’intimidation et la menace ayant visé la NHRC.

« En raison de la nature sensible des enquêtes de la NHRC, qui incluent les violations qu’auraient commises des policiers, il faut qu’une enquête indépendante soit menée sur l’attaque qui vient d’être perpétrée et que les conclusions en soient rendues publiques », a déclaré Tejshree Thapa, chercheur pour l’Asie du Sud auprès de Human Rights Watch.

La Commission nationale des droits humains (NHRC) du Sri Lanka a été créé en 1997 dans le but d’enquêter de manière indépendante sur les atteintes aux droits humains. Elle a récemment été impliquée dans la production de documents prouvant des allégations de torture et d’exécutions extrajudiciaires par des policiers. La NHRC a publiquement adopté une politique de « zéro tolérance » à l’égard des actes de torture pratiqués par des policiers et a nommé un juge spécial chargé d’examiner les affaires d’exécutions extrajudiciaires. La NHRC a également pris très fortement position contre le recrutement d’enfants soldats par les Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE, Tigres de la Libération de l’Eelam tamoul).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées