Communiqué de presse

Syrie. Plongée dans la crise depuis quatre ans, la Syrie a perdu 83 % de ses lumières

Depuis le début du conflit syrien, 83 % des lumières se sont éteintes dans le pays, a révélé une coalition mondiale constituée d’organisations humanitaires et de défense des droits humains à l’approche du 15 mars 2015, date marquant le quatrième anniversaire du conflit.

S’appuyant sur des images satellites, des scientifiques de l’université chinoise de Wuhan, en collaboration avec la coalition #withSyria, qui regroupe 130 organisations non gouvernementales, ont démontré que le nombre de lumières visibles la nuit au-dessus de la Syrie avait diminué de 83 % depuis mars 2011.

« Après quatre ans de guerre, le peuple syrien se trouve plongé dans l’obscurité : sans ressources, apeuré et pleurant les amis qu’il a perdus et le pays qu’il a connu, a déclaré David Miliband, président et directeur exécutif du Comité international de secours. Après quatre ans de guerre, la lumière au bout du tunnel est aujourd’hui à peine visible. Plus de 200 000 personnes ont été tuées et non moins de 11 millions de Syriens ont été contraints de fuir leur foyer. Le peuple syrien mérite beaucoup mieux de la part de la communauté internationale ; il est grand temps de montrer que nous n’avons pas baissé les bras et que nous aiderons les Syriens à rallumer leurs lumières. »

« L’imagerie par satellite constitue la source d’information la plus objective dont nous disposons pour montrer l’état de dévastation du pays, a déclaré Xi Li, l’un des principaux chercheurs du projet. Prises à plus de 800 km d’altitude, ces images nous aident à comprendre la souffrance et la peur dont sont victimes les Syriens au quotidien, alors qu’ils assistent à la destruction de leur pays. Dans les zones les plus touchées, telles que celle d’Alep, ce ne sont pas moins de 97 % des lumières qui se sont éteintes. Les provinces de Damas et de Quneitra, à proximité de la frontière israélienne, font figure d’exception, avec respectivement 35 et 47 % de lumières en moins. »

La coalition #withSyria a également publié le 12 mars une vidéo percutante et a lancé une pétition mondiale sur withsyria.com, appelant les dirigeants du monde entier à « rallumer les lumières en Syrie » et les incitant à :

 Privilégier une sortie de crise au moyen d’une solution politique qui place en son centre les droits humains ;
 Améliorer la réponse humanitaire à la fois pour les personnes qui sont en Syrie et pour les réfugiés, notamment en accordant davantage de places de réinstallation ;
 Exhorter toutes les parties à mettre un terme aux attaques sur les civils et à cesser de bloquer l’aide humanitaire.

Zaher Sahloul, président de la Société médicale syro-américaine, a déclaré : « Le nombre croissant de groupes terroristes franchissant les frontières a instillé la peur et a braqué les projecteurs du monde entier sur la Syrie, mais ce phénomène a également détourné l’attention des gouvernements de la souffrance de la population syrienne et des violations en tout genre perpétrées par tous les camps. Tous les jours, les professionnels de la santé, les travailleurs humanitaires et les enseignants syriens prennent d’énormes risques pour aider leurs voisins et leurs proches, alors que la communauté internationale se montre incapable de trouver une solution politique et de mettre un terme aux violences et aux souffrances des Syriens. »

En 2014, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté trois résolutions exigeant que des mesures soient prises pour assurer la protection et porter assistance aux civils de Syrie. Depuis, des milliers de Syriens ont été tués et le nombre de civils qui ont été déplacés ou qui ont besoin d’aide est plus élevé que jamais. Un nouveau rapport, intitulé Échec coupable en Syrie et publié jeudi 12 mars, pointe du doigt les parties au conflit et les grandes puissances et dénonce leur incapacité à mettre en œuvre les objectifs de ces résolutions.

Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés et ancien secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations unies, a déclaré : « L’année 2014 a été la plus sombre de cette effroyable guerre. Les civils ne sont pas protégés comme le Conseil de sécurité l’avait promis, leur accès aux secours ne s’est pas amélioré et les fonds alloués à l’aide humanitaire sont insuffisants par rapport aux besoins actuels de la population. Notre incapacité à venir en aide à la population syrienne est scandaleuse ».

Liste des signataires de ce communiqué

American Friends Service Committee, Amnesty International, Andalus Institute for Tolerance and anti-Violence Studies, Arab Coalition for Sudan, Arab Foundation for Civil Society, Arab Program For Human Rights Activists, Bahrain Human Rights Watch Society, Broederlijk Delen, CAABU (Council for Arab-British Understanding), CAFOD, Cairo Institute for Human Rights Studies, CARE International, Caritas Australie, Center for Victims of Torture, Centre libanais des droits humains, Christian Aid, CIVIC, Comité international de secours, Darfur Bar Association, Doors Royaume-Uni et Irlande, l’Église d’Angleterre, Fondation Alkarama, Fraternity Birati Center for Democracy and Civil Society, Global Center for R2P, Global Communities, GOAL, Governance Bureau Soudan, Hand in Hand, Hand in Hand for Syria, HelpAge International, Human Rights & Democracy Media Center (SHAMS), Human Rights First Society Arabie saoudite, Human Rights Watch, Humanist Institute for Development Cooperation (HIVOS), Islamic Relief Worldwide, Justice et Paix, Ligue des droits de l’Homme (LDH), MAP Royaume-Uni, Médecins du Monde (MdM), Médecins du Monde Royaume-Uni, MercyCorps, Najda-Now, No Peace Without Justice, Norwegian Church Aid, Conseil norvégien pour les réfugiés, One World Egypt, Open Doors International, Oxfam France, Pax Christi International, People In Need, Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains), Programme alimentaire mondial États-Unis, Protection Approaches, Refugees International, Refugee Council, Relief & Reconciliation for Syria AISBL, Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme, Rethink Rebuild Society, Solidarités International, Société médicale syro-américaine (SAMS), Sudan Social Development Organisations (SUDO Royaume-Uni), Syrian Relief and Development, Syrian Women, Tearfund, The Day After Association, The Syria Campaign, The Violation Documentation Center in Syria, Trocaire, United to End Genocide, World Vision, World Vision Royaume-Uni, Zarga Organisation for Rural Development (ZORD) Soudan.

Entre détresse et désespoir

En février dernier Amnesty a publié un nouveau rapport. Celui-ci donne un éclairage humain à la crise des réfugiés en Syrie, à travers les témoignages de huit personnes et familles qui ont fui le conflit et luttent pour survivre au Liban, en Jordanie et en Irak.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.