Syrie. Selon des informations « préoccupantes », le bilan des victimes s’alourdit

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

24 mars 2011

Le gouvernement syrien doit faire en sorte que ses forces de sécurité mettent un terme aux attaques contre les manifestants et d’autres personnes dans le cadre des troubles qui secouent le pays, a déclaré Amnesty International jeudi 24 mars alors que des informations font état d’un très grand nombre de victimes dans la ville de Deraa.

« Nous sommes vivement préoccupés par les informations faisant état de plusieurs morts à Deraa, les forces de sécurité ayant tiré sur les manifestants et ceux qui tentaient de porter secours aux blessés, semble-t-il sans considération aucune pour la vie humaine, a déploré Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Les autorités syriennes ont répondu au mouvement contestataire avec rapidité et brutalité. Elles doivent veiller à ce que les forces de l’ordre cessent immédiatement de recourir à la force de manière excessive et autoriser les manifestants pacifiques à se rassembler et à manifester librement. »

Au cours des dernières 24 heures, les forces de sécurité auraient tué des dizaines de personnes à Deraa et ses alentours. Elles ont notamment ouvert le feu sur des centaines de jeunes rassemblés dans le nord de la ville mercredi 23 mars dans l’après-midi.

En début de journée, une attaque des forces gouvernementales contre un sit-in organisé devant la mosquée Omari de la ville avait fait au moins sept morts.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse