TCHAD. Il faut mettre fin aux expulsions forcées et fournir des abris d’urgence aux dizaines de milliers de personnes privées de toit

VOIR LE RAPPORT EN LIGNE ICI

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les autorités tchadiennes doivent mettre un terme aux expulsions forcées qui ont privé des dizaines de milliers de personnes de leur logement dans la capitale du Tchad, N’Djamena, a déclaré Amnesty International dans un rapport publié ce jour, mardi 8 septembre 2009.

Ce rapport, intitulé Maisons démolies – Vies brisées, s’appuie sur des images satellite accessibles sans restriction, vérifiées lors de visites de sites et d’entretiens approfondis réalisés à N’Djamena en mai 2009, pour illustrer l’ampleur des démolitions qui ont eu lieu dans la capitale de janvier 2008 à fin juillet 2009.

Ces destructions ont été autorisées par le président tchadien en personne. En février 2008, Idriss Déby Itno a signé un décret permettant la démolition des constructions et bâtiments prétendument érigés sans permis. Nombre des démolitions qui se sont ensuivies bafouaient tant les normes internationales relatives aux droits humains que le droit tchadien.

« L’immense majorité des familles qui ont perdu leur foyer n’ont pas été consultées par les autorités, n’ont été prévenues de leur expulsion que tardivement, voire pas du tout, et ne se sont vu proposer ni relogement, ni indemnisation, a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International. Plongées dans des situations terribles, beaucoup ont été réduites à vivre dans les décombres de leur maison.

« Les autorités tchadiennes doivent respecter l’état de droit, a ajouté Tawanda Hondora. Elles doivent veiller à ce que le droit de toute personne à la protection de la loi soit respecté. »

Certaines familles ont été chassées par les autorités au mépris de décisions de justice interdisant leur expulsion. Dans le quartier de Diguel Est par exemple, des habitants possédant des titres de propriété ont intenté une action en justice et un tribunal a émis une ordonnance en leur faveur. Cependant, le maire de N’Djamena a ignoré cette décision et a ordonné la démolition de leurs habitations. En réaction, le syndicat des magistrats a menacé de se mettre en grève.

« Ces images illustrent le sort révoltant réservé aux familles dont les maisons ont été détruites à la suite de la signature du décret par le président Déby , a déclaré Tawanda Hondora. Le rythme auquel ont progressé les démolitions de maisons à N’Djamena permet d’imaginer l’ampleur effarante des souffrances humaines subies. »

Les images satellite publiées dans Maisons démolies – Vies brisées montrent que plus de 3 700 constructions ont été détruites sur une période d’environ 385 jours, entre janvier 2008 et janvier 2009.

Dans le cadre de sa campagne Exigeons la dignité, lancée en mai 2009, Amnesty International exhorte le gouvernement tchadien à décréter un moratoire sur les expulsions massives, dans l’attente d’une interdiction claire et effective de cette pratique et de la mise en place d’un cadre juridique garantissant la protection des droits humains. Les autorités doivent également veiller à ce que toutes les victimes d’expulsion forcée puissent bénéficier d’une solution de relogement convenable, d’une aide d’urgence et de la possibilité de saisir la justice et d’exercer des voies de recours effectives leur permettant d’obtenir des réparations.

Dans le cadre de cette campagne, l’organisation demande aux gouvernements au niveau mondial de prendre toutes les mesures nécessaires, notamment en adoptant des lois et des politiques conformes au droit international relatif aux droits humains, afin d’interdire et d’empêcher les expulsions forcées.

Note :

• La campagne d’Amnesty International Exigeons la dignité vise à mettre fin aux violations des droits humains qui induisent et aggravent la pauvreté dans le monde. Elle encourage les gens dans le monde entier à exiger que les gouvernements, les grandes entreprises et les autres détenteurs du pouvoir écoutent la voix de ceux qui vivent dans la pauvreté, et reconnaissent et protègent leurs droits. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site .

• L’expulsion forcée consiste à faire partir des gens de leur domicile ou de la terre qu’ils occupent, contre leur volonté et sans aucune protection juridique ni autre garantie. Une expulsion ne doit avoir lieu que lorsque toutes les autres solutions réalisables ont été examinées, qu’une véritable consultation a été menée auprès des populations concernées et que des mesures de garantie de procédure satisfaisantes ont été prises.

• Les images satellite ont été prises entre janvier 2008 et janvier 2009 ; elles ont été analysées et vérifiées lors d’une mission d’Amnesty International à N’Djamena en mai 2009.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse