Trinité-et-Tobago : L’expulsion de 82 Vénézuéliens bafoue les obligations du pays en termes de droits humains

Trinité-et-Tobago doit garantir et protéger les droits de tous les demandeurs d’asile et réfugiés, écrit Amnesty International dans une lettre ouverte au Premier ministre Keith Rowley le 23 avril 2018, à la suite de l’expulsion de 82 ressortissants du Venezuela le 21 avril.

« Des millions de Vénézuéliens fuient une crise des droits humains sans précédent dans leur pays. Ils ont besoin d’une planche de salut, et non d’être renvoyés dans un pays où ils risquent d’être torturés ou soumis à de graves violations des droits humains », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que le groupe englobait des demandeurs d’asile enregistrés et des personnes qui avaient déclaré leur intention de demander le statut de réfugiés.

Le droit international prohibe les expulsions massives, tout comme la violation des principes de non-pénalisation, de non-refoulement et de confidentialité, et des droits à une procédure régulière et à une protection judiciaire.

« S’il est avéré que les personnes expulsées ont été renvoyées de force sans évaluation individuelle de leur situation, sans avoir la possibilité de remettre en cause les arrêtés d’expulsion, sans se voir expliquer leurs options légales dans une langue qu’elles puissent comprendre et sans pouvoir consulter leurs avocats ou le HCR, alors les mesures prises par le gouvernement de Trinité-et-Tobago bafouent les garanties d’une procédure régulière, sa propre politique d’asile et les obligations internationales du pays relatives aux droits humains.

« Aujourd’hui plus que jamais, des États comme Trinité-et-Tobago doivent garantir les droits des demandeurs d’asile et des réfugiés, notamment des Vénézuéliens en nombre croissant qui ont grand besoin d’une protection internationale. S’en abstenir reviendrait à ignorer l’engagement du pays envers la protection des droits fondamentaux. »

Complément d’information

Les Vénézuéliens recourent à des actes désespérés pour partir (Nouvelle, 27 mars 2018)

Venezuela. L’inaction du gouvernement face à la crise sanitaire contraint des milliers de personnes à quitter le pays (Nouvelle, 9 mars 2018)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition