Communiqué de presse

Turquie. Amnesty International condamne la prise d’otage d’Istanbul et la mort du procureur

Amnesty International condamne la prise en otage et la mort à Istanbul, le 31 mars, du procureur Mehmet Selim Kiraz. Le siège du bureau du magistrat au tribunal de Caðlayan par un groupe armé de gauche, le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), s’est achevé vers 21 heures. Les deux preneurs d’otage et le procureur ont été tués à l’issue d’une fusillade avec la police.

On a pu voir dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux un ravisseur masqué braquant un pistolet sur la tête du procureur. Amnesty International condamne l’acte de prise d’otage, qui constitue une violation des principes les plus fondamentaux du droit international. L’organisation demande aux autorités de lancer une enquête complète et impartiale sur ces faits et de traduire en justice tous les responsables présumés, pour qu’ils soient jugés dans le cadre d’une procédure équitable. Amnesty International demande également aux autorités de lancer une enquête indépendante et impartiale sur l’opération de police durant laquelle les deux preneurs d’otage ont été abattus, et qui s’est soldée en outre par la mort du procureur, grièvement blessé par balle durant l’assaut.

Après d’autres procureurs, Mehmet Selim Kiraz s’était vu confier l’enquête sur la mort d’un adolescent de 14 ans, Berkin Elvan, qui avait succombé à des blessures subies en juin 2013 sur les lieux d’une manifestation lors de la contestation dite du parc Gezi. Selon des témoins, Belkin Elvan avait été touché par une grenade lacrymogène tirée à faible distance par un policier. Les fonctionnaires de police impliqués n’ont toutefois toujours pas été identifiés et personne n’a été inculpé. Les preneurs d’otage exigeaient que les autorités rendent publics les noms des policiers présumés responsables de la mort de Berkin Elvan.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse