TURQUIE : Brutalités policières envers des manifestants pacifiques

Index AI : EUR 44/008/2005
ÉFAI
Lundi 7 mars 2005

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International est très préoccupée par le recours disproportionné à la force employé par les policiers vis-à-vis de personnes qui s’étaient rassemblées pacifiquement à Istanbul le 6 mars pour célébrer à l’avance la Journée des femmes. La police a fait usage de matraques et de gaz irritants pour disperser environ 500 manifestants qui avaient convergé vers les quartiers Sarachane et Beyazit d’Istanbul. Soixante-trois personnes ont été interpellées et trois personnes au moins auraient été hospitalisées.
La police aurait justifié son intervention par le fait que la manifestation n’avait pas été autorisée. Si les images des mauvais traitements infligés ont fait le tour des médias internationaux du fait de la présence de représentants de la « troïka » européenne en visite à Ankara ce lundi, de telles scènes sont régulièrement diffusées en Turquie, où la police semble réserver aux manifestants des groupes d’opposition un traitement particulièrement brutal.
Le gouvernement a apporté de nombreux changements à la Loi relative aux réunions et manifestations pour tenter de répondre aux inquiétudes concernant le maintien de l’ordre lors des manifestations. Toutefois, les allégations de mauvais traitements infligés lors de manifestations se traduisent rarement par des poursuites en justice à l’encontre des forces de l’ordre et les sanctions sont bien souvent limitées. Par ailleurs, les personnes se plaignant de mauvais traitements sont fréquemment poursuivies pour résistance aux agents de la force publique et violation de la Loi n° 2911 relative aux réunions et manifestations.
Amnesty International salue l’annonce par le gouvernement de l’ouverture d’une enquête sur les évènements qui se sont produits ; l’organisation demande en outre aux autorités de rendre publiques les conclusions de cette enquête, de veiller à ce que les auteurs présumés de violations des droits humains soient poursuivis en justice et de prendre des mesures urgentes afin de s’assurer que les policiers se conforment aux normes internationales relatives au droit à la liberté de réunion et à l’usage de la force.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse