Communiqué de presse

Turquie. La fermeture de points de passage à la frontière avec la Syrie mettra des vies en péril

« Les autorités turques doivent veiller à maintenir la frontière du pays ouverte pour ceux qui fuient le conflit et les violations des droits humains faisant rage en Syrie et en Irak », a déclaré Amnesty International.

La Turquie a commencé à fermer certains points de passage à la frontière avec la Syrie, depuis l’afflux de 130 000 réfugiés kurdes dans le pays ces derniers jours ; ils fuient l’avancée du groupe armé qui se fait appeler État islamique (EI).

« Il est certain que ce dernier afflux de réfugiés met à rude épreuve les ressources déjà sous pression de la Turquie, mais ce n’est pas une excuse pour refuser un refuge sûr à ceux qui fuient les horreurs de la guerre », a déclaré Sherif Elsayed Ali, responsable du programme Droits des réfugiés et des migrants d’Amnesty International.

« Face à l’accroissement du nombre de réfugiés désespérés qui arrivent à la frontière en quête de sécurité, la communauté internationale doit agir sans délai afin de renforcer son soutien à la Turquie et aux autres voisins de la Syrie, afin de prévenir de nouvelles souffrances. »

Force est de constater que la Turquie, qui accueillait déjà plus d’un million de réfugiés venus de Syrie avant ce week-end, doit globalement gérer cette crise seule.

« Les dirigeants du monde ont été prompts à condamner les atrocités commises par le groupe armé qui se fait appeler État islamique (EI), en Irak et en Syrie. Ils doivent maintenant venir en aide à ceux qui fuient ces violences », a déclaré Sherif Elsayed Ali.

Amnesty International exhorte les pays à s’unir lors de la rencontre du Comité exécutif du Programme du haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (ExCom), qui se tiendra à Genève la semaine prochaine, afin de trouver une réponse commune à cette crise mondiale.

« Il importe d’élaborer une réponse globale à la crise des réfugiés au Moyen-Orient, notamment en Syrie et en Irak. Cette réponse doit s’axer sur l’aide humanitaire, un programme d’aide aux pays d’accueil pour faire face aux besoins des réfugiés en termes d’éducation, de santé et de logement, et la réinstallation de dizaines de milliers de réfugiés dans les années à venir », a déclaré Sherif Elsayed Ali.

Le conflit en Syrie a donné lieu à la plus grave crise de personnes déplacées dans le monde. Aujourd’hui, plus de 3,3 millions de réfugiés ont fui la Syrie, pour la plupart vers des pays voisins et 6,5 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de la Syrie.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse