Turquie, La loi sur les réseaux sociaux est une grave menace pour la liberté d’expression

Turquie_Réseaux sociaux

Les députés de Turquie s’apprêtent à se prononcer sur une vaste loi qui imposerait aux plateformes de réseaux sociaux telles que Twitter, Facebook et YouTube de se conformer à des exigences draconiennes, au risque de s’exposer à une réduction de leur débit, à des amendes exorbitantes, voire à des poursuites.

« Le vote d’aujourd’hui est la dernière attaque en date, et peut-être la plus flagrante, contre la liberté d’expression en Turquie. Des journalistes sont déjà emprisonnés pendant des années en raison de leurs critiques, et les utilisateurs des réseaux sociaux doivent s’autocensurer, de crainte d’offenser les autorités, a déclaré Andrew Gardner, chargé de recherches sur la Turquie à Amnesty International.

« Si elles sont adoptées, ces modifications impliqueraient un renforcement des pouvoirs en matière de censure des contenus en ligne et de poursuites contre les utilisateurs des réseaux sociaux. Cette loi constitue une violation claire du droit à la liberté d’expression en ligne et bafoue le droit international relatif aux droits humains et les normes en la matière. »

Complément d’information

Les modifications proposées de la Loi sur Internet augmentent considérablement le pouvoir du gouvernement de contrôler et censurer les contenus en ligne, ce qui exacerberait les risques auxquels s’exposent les personnes qui sont déjà impitoyablement prises pour cible par les autorités pour avoir simplement exprimé des opinions dissidentes.

Les médias indépendants ont en outre presque tous disparu, du fait des fermetures d’organes médiatiques imposées depuis des années par le gouvernement, des poursuites sans fondement de journalistes et des autres formes d’intimidation dont ils font l’objet.

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition