Ukraine : Les autorités manquent à leur devoir envers les défenseurs des droits des femmes

Des attaques ont eu lieu en Ukraine contre des défenseurs des droits des femmes et à la veille du procès de la militante Olena Chevtchenko, prévu le 15 mars.

« En engageant des poursuites contre Olena Chevtchenko, les autorités ukrainiennes montrent jusqu’où elles sont prêtes à aller pour plaire aux groupes d’extrême-droite dont les menaces et les violences ont marqué les manifestations de la Journée internationale des droits des femmes dans le pays  » a déclaré Oxana Pokaltchouk, directrice d’Amnesty International Ukraine.

« Les scènes détestables auxquelles nous avons assisté au tribunal démontrent une nouvelle fois que les autorités ukrainiennes manquent à leur devoir de protection envers les militants des droits des femmes s’agissant des violences imputables à l’extrême-droite, qu’elles soient le fait de mouvements organisés, de réseaux informels ou d’individus. Cela donne lieu à une situation très inquiétante dans laquelle les radicaux croient qu’ils peuvent agresser, menacer et humilier des femmes en toute impunité. »

Complément d’information

Cette année en Ukraine, les marches en faveur des droits des femmes à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes ont été marquées par des violences d’extrême-droite contre les manifestants pacifiques. Ces agressions se sont déroulées pendant et après les manifestations à Kiev, Lviv et Oujgorod.

À Oujgorod, six agresseurs qui ont jeté de la peinture sur les défenseurs des droits des femmes et les ont menacés de violence ont été arrêtés, avant d’être relâchés peu après. À Lviv, des briques ont été lancées sur un wagon de tram à bord duquel se trouvaient des militants qui quittaient la manifestation. Malgré les preuves vidéo disponibles, personne n’a été arrêté pour ces agissements. Plus tard ce jour-là, un autre participant à la manifestation a souffert d’une fracture du crâne après avoir semble-t-il été battu par des militants d’extrême-droite près de chez lui.

À Kiev, non seulement la police ne s’est pas interposée face aux assaillants, qui ont jeté de la peinture sur les participants après la marche, mais elle a arrêté l’une des organisatrices, Olena Chevtchenko, pour violation présumée d’un ordre en vue d’organiser des rassemblements publics. Le 12 mars, une audience consacrée à cette affaire s’est tenue au tribunal de Kiev, mais a dû être reportée, une vingtaine d’hommes ayant pénétré dans l’enceinte du palais de justice et menacé de violences Olena Chevtchenko et son avocate Oxana Gouz. Elles ont dû faire appel à un service de sécurité privé pour pouvoir quitter les lieux.

La prochaine audience est fixée au 15 mars. Olena Chevtchenko et Oxana Gouz craignent pour leur sécurité et leur bien-être, car elles sont la cible de menaces répétées de membres de groupes d’extrême-droite ou de personnes qui leur sont associées.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !