Ukraine, les participants à la Trans March doivent être protégés

Les autorités ukrainiennes doivent garantir la sûreté et la sécurité de toutes les personnes participant à la Trans March qui aura lieu à Kiev demain, a déclaré Amnesty International, qui met en garde contre le fait qu’elles risquent fortement d’être violemment attaquées. En 2018, la police n’a pas protégé les participants à un rassemblement pacifique similaire.

« L’an dernier, la police ukrainienne a fait preuve d’une inexcusable inaction face à des attaques homophobes et transphobes. Les groupes qui prônent la haine et la discrimination ont pleinement profité de la passivité de la police et gravement maltraité des personnes qui défilaient pacifiquement », a déclaré Oksana Pokalchuk, directrice d’Amnesty International Ukraine.

«  Nous demandons aux autorités ukrainiennes de faire clairement savoir qu’elles vont protéger la communauté LGBTI demain. La police a montré, lors des dernières marches des fiertés, qu’elle est tout à fait capable de protéger les participants à des événements LGBTI, et nous les invitons donc à faire preuve de la même efficacité demain. La police doit créer un espace de sécurité permettant aux militants des droits des personnes transgenres d’exercer leurs droits à la liberté de réunion pacifique et d’expression.

« Ce qui s’est passé l’an dernier doit servir de leçon aux autorités ukrainiennes. Elles ont demain la possibilité de montrer qu’elles sont déterminées à protéger les droits de toutes les personnes dans le pays, et de faire savoir que la haine ne sera pas tolérée. »

Complément d’information

La Trans March aura lieu sur la place Mykhailivska dans le centre de Kiew à 12 h 00 le 23 novembre à l’occasion de la Journée du souvenir trans.

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition