Communiqué de presse

Ukraine. Un militant enlevé, torturé et « crucifié »

L’enlèvement et la torture du militant d’opposition ukrainien Dimitri Boulatov est un acte barbare qui doit faire l’objet d’une enquête immédiate, a déclaré Amnesty International vendredi 31 janvier 2014.

«  Les autorités ukrainiennes doivent immédiatement ouvrir une enquête sur ce qui est arrivé à Dimitri Boulatov et traduire en justice les auteurs de cet acte barbare contre l’un des principaux organisateurs du mouvement de protestation », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

« Dimitri n’est pas le seul membre du mouvement de protestation Euromaïdan à avoir subi un tel sort. Plusieurs autres cas similaires ont été signalés, dont celui de Youri Verbiski qui, malheureusement, n’a pas survécu.

« Il est très difficile d’imaginer une sortie de crise quand de telles horreurs sont commises contre des organisateurs de la protestation. Les autorités doivent faire clairement savoir aux auteurs de ces actes de violence qu’ils ne bénéficieront d’aucune impunité et qu’ils devront rendre des comptes. »

Dimitri Boulatov avait disparu dans la soirée du 22 janvier 2014. Il est l’un des principaux organisateurs et participants des rassemblements Automaïdan – des convois de voitures qui se rendent aux manifestations d’Euromaïdan organisées à Kiev depuis novembre 2013.

Dimitri Boulatov raconte avoir été battu, torturé et crucifié pendant les huit jours qui ont suivi son enlèvement. Maintenu les yeux bandés pendant de longues périodes et très peu nourri, il a été interrogé par des hommes à l’accent russe qui voulaient savoir qui finançait ses activités.

Jeudi 30 janvier, par une température glaciale, il a été abandonné dans une forêt à la périphérie de Kiev, condamné à mourir de froid. Il se trouve maintenant à l’hôpital, où il est soigné pour ses blessures.

Quand ses ravisseurs l’ont jeté d’une voiture le matin du 30 janvier, il a réussi à marcher jusqu’au village le plus proche, où il a pu trouver un abri et appeler des amis.

Couvert de sang, de coupures et d’ecchymoses, les vêtements maculés, il a raconté son calvaire : « J’ai été crucifié. Ils m’ont percé les mains. Ils m’ont coupé l’oreille. Ils m’ont lacéré le visage. Il n’y a pas une partie de mon corps qui soit intacte. Vous pouvez le constater par vous-même. Mais, Dieu merci, je suis vivant. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.