Un avocat assassiné

Le meurtre de l’avocat Iouri Grabovski, dont le corps portant des plaies par balle a été découvert dans le centre de l’Ukraine, rappelle le danger que courent les juristes et les militants considérés comme hostiles aux autorités, a déclaré Amnesty International.

Iouri Grabovski, victime de harcèlement et de manœuvres d’intimidation incessants en raison de ses activités professionnelles, a été retrouvé mort jeudi 24 mars au soir dans une zone déserte de la province de Tcherkassy. Il avait été vu pour la dernière fois à son cabinet de Kiev le 6 mars dans la soirée avec un inconnu, en train de récupérer des documents concernant une affaire très médiatisée sur laquelle il travaillait. On était sans nouvelles de lui depuis lors.

« L’homicide d’un avocat pénaliste est un crime odieux et il faut que les autorités ukrainiennes prennent immédiatement toutes les mesures qui s’imposent face à cette atteinte aux droits humains et à la justice, a déclaré Anna Neistat, directrice générale de la recherche à Amnesty International.

« L’enlèvement et le meurtre de Iouri Grabovski doivent faire l’objet, sans délai, d’une enquête efficace et impartiale, et les responsables présumés de ces agissements doivent être traduits en justice dans le cadre d’une procédure équitable. »

Iouri Grabovski s’était plaint d’être harcelé par les autorités parce qu’il défendait Alexandre Alexandrov, un ressortissant russe.

En mai 2015, les forces ukrainiennes ont blessé et capturé Alexandre Alexandrov, ainsi qu’un autre russe du nom d’Evgueni Ierofeïev, dans la région de Louhansk (est de l’Ukraine) à l’issue d’affrontements entre l’armée régulière et des séparatistes. Les autorités ukrainiennes les accusent d’être des militaires russes en activité, ce qu’ils auraient confirmé avant de se rétracter. Ces hommes sont inculpés de franchissement illégal d’une frontière, de possession illégale d’armes et de participation à des activités terroristes.

Oxana Sokolovskaïa, l’avocate d’Evgueni Ierofeïev, s’est aussi plainte à plusieurs reprises de harcèlement et de menaces en lien avec cette affaire.

Amnesty International appelle les autorités à lui fournir immédiatement une protection efficace et à veiller à ce qu’elle puisse mener en toute sécurité ses activités légitimes d’avocate.

« Les avocats et les avocates doivent pouvoir exercer leur profession sans intimidation, ni entrave, harcèlement et ingérence indue », a déclaré Anna Neistat.

Les autorités avaient ouvert une enquête criminelle sur la disparition de Iouri Grabovski ; elles ont indiqué avoir arrêté deux personnes qu’elles soupçonnent d’être impliquées dans son enlèvement et son homicide.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées