Communiqué de presse

Un cybermilitant saoudien est condamné à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison

Amnesty International demande aux autorités saoudiennes d’annuler la condamnation choquante prononcée mercredi 7 mai contre Raif Badawi en relation avec le forum de débat public qu’il a créé sur Internet et les accusations selon lesquelles il a insulté l’Islam.

Raif Badawi, cofondateur du site Internet Saudi Arabian Liberals, a été condamné à 10 ans de prison, 1 000 coups de fouet et une amende d’un montant s’élevant à 1 million de riyals saoudiens (soit environ 191 000 euros) par le tribunal pénal de Djedda.

« La décision de condamner Raif Badawi à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet est scandaleuse. Cet homme est un prisonnier d’opinion qui n’a rien fait d’autre qu’oser créer un forum public de discussion et exercer pacifiquement son droit à la liberté d’expression. Les autorités doivent infirmer ce jugement et le libérer immédiatement et sans condition », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Raif Badawi est la dernière victime en date de la campagne féroce visant à réduire au silence les militants pacifiques en Arabie saoudite. Les autorités semblent déterminées à écraser toutes les formes de dissidence par tous les moyens à leur disposition, notamment en infligeant de lourdes peines de prison et des châtiments corporels aux militants. »

Les châtiments corporels, notamment la flagellation, vont à l’encontre du droit international, qui interdit la torture et les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Raif Badawi a déjà été incarcéré en 2012 pour avoir enfreint la loi saoudienne sur l’informatique, insulté les autorités religieuses dans ses écrits en ligne et publié les propos d’autres personnes sur son site Internet Saudi Arabian Liberals. Il a été condamné à sept ans de prison et 600 coups de fouet.

En décembre dernier, un tribunal d’appel a annulé sa condamnation et renvoyé l’affaire devant le tribunal pénal de Djedda afin qu’il la réexamine. Raif Badawi a dans un premier temps été inculpé d’« apostasie », qui est considérée comme une infraction grave en Arabie saoudite et est passible de la peine de mort.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse