Un militant écologiste libéré

La libération d’un militant écologiste et prisonnier d’opinion mexicain qui avait été injustement emprisonné en novembre 2015, semble-t-il pour le sanctionner pour son militantisme pacifique contre l’exploitation forestière illégale, représente une victoire pour la justice et les droits humains, a déclaré Amnesty International.

Ildefonso Zamora Baldomero avait été arrêté en novembre 2015 dans la communauté indigène de Tlahuica à San Juan Atzingo, à 80 kilomètres au sud-ouest de la ville de Mexico. Il était accusé d’avoir participé à un cambriolage en juillet 2012.

Les poursuites pénales engagées contre Ildefonso Zamora étaient fondées sur des éléments de preuve forgés de toutes pièces. Un juge fédéral a statué que rien ne porte à croire qu’Ildefonso Zamora a commis la moindre infraction et a déclaré qu’il doutait que l’infraction en question ait même été commise.

« Faire campagne contre l’exploitation forestière illégale n’est pas un crime. Au lieu de poursuivre des militants écologistes pour leurs activités pacifiques, les autorités mexicaines devraient veiller à ce que ces personnes puissent mener à bien leurs activités légitimes sans craindre des représailles  », a déclaré Carlos Zazueta, spécialiste du Mexique à Amnesty International.

«  L’histoire d’Ildefonso est une illustration tragique de ce qu’être défenseur des droits humains signifie aujourd’hui au Mexique, où dénoncer les violations des droits humains peut vous envoyer en prison. »

Amnesty International pense que son arrestation faisait partie d’une série de menaces et d’actes de harcèlement liés à ses campagnes contre l’exploitation forestière illégale. En 2007, son fils Aldo a été assassiné et son fils Misael blessé dans le cadre d’une agression qui n’a toujours pas fait l’objet d’une enquête exhaustive. L’organisation demande aux autorités d’empêcher toute nouvelle tentative visant à harceler Ildefonso Zamora ou sa famille en raison de son travail.

Pour en savoir plus :

Mexique. Un militant écologiste indigène déclaré « prisonnier d’opinion » (Nouvelle, 9 mai 2016)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition