Un prisonnier d’opinion condamné à 13 ans de prison

La décision d’une cour d’appel vénézuélienne de maintenir la peine de 13 ans de prison prononcée contre Leopoldo López, chef de file de l’opposition et prisonnier d’opinion, ternit encore un peu le bilan de plus en plus sombre du pays en matière de droits humains, a déclaré Amnesty International le 13 août 2016.

« Leopoldo López est victime d’une “chasse aux sorcières” odieuse visant toute personne qui ose ne pas être d’accord avec le gouvernement du Venezuela. Cet homme est un prisonnier d’opinion, et il doit être libéré immédiatement et sans condition », a déclaré Carolina Jimenez, directrice adjointe des recherches pour les Amériques au sein d’Amnesty International.

Leopoldo López, leader du parti d’opposition Voluntad Popular (Volonté du peuple) s’est rendu de lui-même à la Garde nationale le 18 février 2014, à la suite d’une grande manifestation antigouvernementale qu’il avait organisée. Le 10 septembre 2015, il a été déclaré coupable d’incitation à la violence lors de cette manifestation, qui a eu lieu le 12 février 2014, et condamné à 13 ans et neuf mois d’emprisonnement pour conspiration, incitation à commettre une infraction, incendie volontaire et dégradation de biens publics. Amnesty International reste préoccupée par le fait que l’arrestation et le procès de Leopoldo López semblent avoir été dictés par des motifs politiques.

En août 2014, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a déclaré que la détention de Leopoldo López était arbitraire et peu après le Haut-commissaire aux droits de l’Homme a demandé aux autorités de le libérer sans délai.

Durant les mouvements de protestation qui ont secoué le Venezuela au premier semestre 2014, 43 personnes sont mortes, dont des membres des forces de sécurité, et des centaines d’autres ont été blessées. Des dizaines de personnes ont subi des mauvais traitements et des milliers ont été arrêtées. Les victimes et leurs proches attendent toujours d’obtenir justice.

Pour en savoir plus :

Venezuela. La condamnation du leader de l’opposition témoigne de l’absence d’indépendance de la justice (nouvelle, 10 septembre 2015)

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse