Communiqué de presse

Un tribunal militaire de Bahreïn déclare des professionnels de la santé coupables

Un tribunal militaire de Manama a déclaré jeudi 29 septembre une équipe de médecins et de professionnels de la santé coupables d’avoir tenté de renverser le gouvernement lors des manifestations qui ont eu lieu cette année – ce qu’Amnesty International a qualifié de parodie de justice.

Lors d’une audience de sept minutes, le président du Tribunal de première instance pour la sûreté nationale, administré par l’armée, a lu les noms des 20 accusés, annoncé leur culpabilité et prononcé des condamnations à des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 15 ans.

Les autorités bahreïnites accusent ces 20 personnes d’avoir fait du complexe médical de Salmaniya, à Manama, où ils travaillaient, le « centre de contrôle » des manifestations appelant à des réformes qui se sont déroulées tout près, au rond-point du GCC (anciennement rond-point de la Perle), aux mois de février et mars. Les accusés ont nié les charges retenues contre eux, notamment incitation à la haine envers le régime, occupation de l’hôpital par la force, vol de médicaments et stockage d’armes dans l’enceinte de l’hôpital.


« Il s’agit véritablement d’accusations grotesques mettant en cause des civils qui s’efforçaient de sauver des vies dans des circonstances extrêmement difficiles, a estimé Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International. Manifestement, si ces professionnels de la santé ont été pris pour cibles, c’est parce qu’ils ont dénoncé la répression gouvernementale visant les manifestants dans des interviews accordées à des médias internationaux.

Nous avons fait valoir à maintes reprises que les autorités de Bahreïn n’auraient jamais dû recourir à des tribunaux militaires pour juger des civils, notamment des médecins, des enseignants et des défenseurs des droits humains. »

Plusieurs avocats des professionnels de santé, ainsi que des observateurs envoyés par des ambassades étrangères et des ONG bahreïnites de défense des droits humains, ont assisté à l’audience. Les accusés, qui avaient été remis en liberté sous caution, et leurs familles n’étaient pas présents lorsque le jugement a été rendu.

L’un de leurs avocats a déclaré que le groupe ferait appel de cette décision dimanche 2 octobre devant la Haute cour d’appel, qui relève du système judiciaire civil.

Cette semaine, d’autres tribunaux militaires à Bahreïn ont rendu des verdicts de culpabilité et prononcé des peines d’emprisonnement – y compris des peines de détention à perpétuité – contre des défenseurs des droits humains et des enseignants, pour des inculpations liées aux manifestations qui ont secoué le pays en février et mars.

« Le gouvernement en place veut adresser un message ferme à la population : il sanctionnera sévèrement toute personne considérée comme prônant des réformes politiques », a conclu Philip Luther.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées