Un universitaire condamné suite à un procès inique

Les autorités de facto de la « République populaire de Donetsk » autoproclamée et soutenue par la Russie, dans l’est de l’Ukraine, ont condamné un professeur d’université à la retraite à l’issue d’un procès inique et absurde, a déclaré Amnesty International le 4 mai 2017.

L’organisation considère cet universitaire, Ihor Kozlovsky, âgé de 63 ans, comme un prisonnier d’opinion depuis qu’un tribunal militaire non officiel l’a « condamné » le 3 mai à deux ans et huit mois d’emprisonnement sur la base d’accusations mensongères de détention d’armes.

« Si l’affaire n’était pas si grave, l’on pourrait considérer comme risible le fait que l’accusation de facto a présenté à la cour deux tuyaux métalliques pour prouver qu’Ihor Kozlovsky détenait des armes chez lui. Il est absolument inadmissible que cet ancien universitaire de renom se retrouve derrière les barreaux, en tant que prisonnier d’opinion », a déclaré Denis Krivosheev, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale à Amnesty International.

« Ihor Kozlovsky est uniquement "coupable" de s’être opposé aux autorités de facto de Donetsk. Cela est apparu clairement quand le "juge" l’a décrit comme "un citoyen particulièrement peu digne de confiance" en raison de certaines de ses anciennes relations. Ce simulacre de procès tenu par des autorités non reconnues n’a aucune valeur et il doit être libéré immédiatement et sans condition. »

Amnesty International demande également aux autorités de facto de Donetsk de s’abstenir de détenir illégalement des civils sur le territoire placé sous leur contrôle.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse