Union européenne-Israël. Il faut renforcer l’engagement en faveur des droits humains

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Bureau européen

ÉFAI

(Bruxelles) L’engagement en faveur des droits humains dans les relations entre l’Union européenne et Israël étant très insuffisant à l’heure actuelle, toute discussion sur l’intensification de ces relations devra s’accompagner d’un renforcement des mécanismes et des engagements dans ce domaine, a déclaré Amnesty International à l’approche du Conseil d’association UE-Israël prévu le 16 juin 2008.

Dans une lettre adressée à la présidence slovène de l’Union européenne (disponible en anglais sur www.amnesty-eu.org), Amnesty International a exhorté l’UE à inclure les droits humains dans toute déclaration prononcée à l’occasion du Conseil d’association.

« Intensifier les relations entre l’Union européenne et Israël sans prévoir de mécanismes permettant de s’attaquer réellement au problème des violations des droits humains reviendrait à envoyer un mauvais signal à cette région du monde », a déclaré Nicolas Beger, directeur du Bureau européen d’Amnesty International.

La mise en place d’un sous-comité à part entière, disposant de plus de temps et de moyens que le groupe de travail informel qui existe actuellement, permettrait d’examiner des cas individuels et offrirait un espace de débat sur des solutions concrètes. Des dispositions de ce type sont prévues dans la Politique européenne de voisinage, mais elles n’ont toujours pas été mises en œuvre.

Amnesty International appelle aussi l’Union européenne à profiter du Conseil d’association pour recommander des mesures concrètes pour résoudre certains problèmes actuels de violations des droits humains tels que :

• le bouclage, qui a transformé Gaza en quasi prison, qui a précipité la plupart de ses un million et demi d’habitants dans la pauvreté et la dépendance vis à vis de l’aide internationale, et qui empêche des patients, même grièvement malades, de sortir de Gaza pour recevoir des soins susceptibles de leur sauver la vie ;

• l’expansion actuelle des colonies israéliennes illégales en Cisjordanie, ainsi que les 500 postes de contrôle militaires qui paralysent littéralement l’économie palestinienne ;

• l’utilisation de la détention administrative ; il faudrait libérer tous les détenus administratifs, à moins qu’ils ne soient inculpés d’une infraction dûment reconnue par la loi.

Pour obtenir plus de commentaires ou de précisions ou pour organiser une interview, veuillez vous adresser au :
Bureau européen d’Amnesty International à Bruxelles -
Téléphone : +32-2-5021499, fax : +32-2-5025686 -
Courriel : AmnestyIntl@aieu.be -
Site Internet : http://www.amnesty-eu.org

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées