UNION EUROPÉENNE - Lutte anti-terrorisme et droits humains : les règles du jeu n’ont pas changé

COMMUNIQUÉ DU BUREAU EUROPÉEN D’AMNESTY INTERNATIONAL

(Bruxelles, le 14 décembre 2005) La stratégie actuelle de l’Union européenne (UE) en matière de lutte contre le terrorisme ne respecte pas les droits fondamentaux des personnes, a déclaré Amnesty International dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’État et de gouvernement européens ce mercredi 14 décembre, à la veille de l’ouverture du sommet de l’Union européenne.

Alors que les révélations laissant entrevoir une certaine complicité des États membres de l’UE dans les transferts et la détention de suspects par la CIA ne cessent d’affluer, de réelles enquêtes sur l’existence de sites de détention secrets sur le territoire de l’UE commencent à peine. La réaction de l’UE est jugée insatisfaisante jusqu’ici par Amnesty International.

L’organisation de défense des droits humains considère que l’UE a le devoir légal, politique et moral de veiller à ce qu’aucun des États membres ne soit directement ou indirectement impliqué dans des « disparitions » et des actes de torture. Elle rejette les affirmations de la secrétaire d’État américaine selon laquelle des « restitutions extraordinaires » seraient autorisées par le droit international. Au contraire, toute implication d’États membres de l’Union européenne dans de tels transferts, y compris le simple fait d’autoriser des avions à utiliser leurs aéroports, constitue une violation du droit international (voir à ce sujet le document intitulé Appeal to the European Council to reassert the Union’s fundamental values in the fight against terrorism, disponible sur le site http://www.amnesty-eu.org).

« Les discours mettant en avant " la lutte contre le terrorisme dans le respect des droits humains" ne prennent plus, selon Dick Oosting, directeur du Bureau européen d’Amnesty International. Lorsque les dirigeants choisissent de se voiler la face, c’est la crédibilité de l’UE qui est compromise, tant en Europe qu’à l’étranger. »

Amnesty International demande au Conseil européen de déclarer sans équivoque que dans la lutte contre le terrorisme, il ne tolèrera aucune loi ou pratique, nationale ou européenne, qui viole les principes du respect de l’état de droit et de la protection des droits humains et des libertés fondamentales.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.