Venezuela. Les défenseurs des droits humains harcelés et agressés

Le Venezuela doit cesser de multiplier les agressions et les manœuvres de harcèlement à l’encontre des militants des droits humains et, au contraire, afficher publiquement son soutien envers leurs activités légitimes et essentielles, a déclaré Amnesty International alors que le pays doit se présenter devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme lundi 19 octobre.

« Il est de plus en plus dangereux de défendre les droits humains au Venezuela, les militants étant harcelés et agressés parce qu’ils critiquent les autorités », a déclaré Marcos Gómez, directeur d’Amnesty International Venezuela, qui va représenter l’organisation lors de l’audience.

Ces dernières semaines, le président vénézuélien Nicolás Maduro s’en est pris publiquement à l’action des organisations de défense des droits humains et de celles et ceux qui militent en faveur de ces droits. Dans un discours diffusé le 21 août à la télévision, il a jeté le discrédit sur Marino Alvarado, membre d’un groupe local de défense des droits humains (Provea), déclarant que son association se situait à l’extrême droite de l’échiquier politique et mettant en cause son action.

Le 1er octobre, Marino Alvarado a été agressé à sa porte par des individus armés, alors qu’il rentrait avec son fils de 9 ans. Une enquête a été ouverte, et le ministère public a demandé que des mesures soient prises pour protéger cet homme et sa famille.

« Si les plus hauts représentants de l’État ne font pas savoir clairement que les défenseurs des droits humains jouent un rôle crucial dans la société vénézuélienne en contribuant à la protection des droits de tous et s’ils ne soutiennent pas leur action et leur participation dans l’espace public, nous allons continuer d’assister à des agressions telles que celle subie par Marino Alvarado », a déclaré Marcos Gómez.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse