Viêt-Nam : Le blogueur arrêté pour avoir critiqué le gouvernement doit être libéré

Le blogueur et journaliste politique vietnamien Le Anh Hung a été arrêté parce qu’il est soupçonné d’avoir « abusé de la liberté démocratique » après qu’il a publié une lettre ouverte critiquant la nouvelle politique du gouvernement concernant les zones économiques.

«  Une nouvelle fois, les autorités vietnamiennes recourent de manière appuyée à des lois répressives pour faire taire toute critique pacifique et légitime, a déclaré Minar Pimple, directeur des opérations mondiales à Amnesty International.

« Le Anh Hung s’est simplement servi de sa plateforme en tant que blogueur renommé pour exprimer son opinion au sujet d’une politique gouvernementale. Pour avoir écrit une lettre, il encourt désormais jusqu’à sept ans de prison s’il est déclaré coupable.

« Le gouvernement vietnamien ne peut continuer d’invoquer des accusations sans fondement et la menace de l’incarcération pour bâillonner ses détracteurs. Il doit libérer immédiatement et sans condition Le Anh Hung et mettre fin à la répression de la liberté d’expression à travers le pays. »

Complément d’information

Les autorités vietnamiennes ont arrêté Le Anh Hung le 5 juillet car il était soupçonné d’avoir « abusé de la liberté démocratique à l’encontre des intérêts de l’État et des intérêts et droits des organisations et des citoyens ».

Il sera détenu aux fins d’enquête pendant les trois prochains mois et encourt jusqu’à sept ans de prison s’il est reconnu coupable.

Le Anh Hung a publié une lettre le 2 juillet 2018, qui a été partagée sur les réseaux sociaux, dans laquelle il critiquait des hauts responsables du Parti communiste vietnamien (PCV) au pouvoir, ainsi que le nouveau projet de loi portant création à travers le pays de zones économiques désignées, qui offrent des avantages spéciaux aux investisseurs étrangers.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !