VIETNAM : La peine de mort, un secret honteux

Index AI : ASA 41/003/2004
ÉFAI

Mercredi 7 janvier 2004

Amnesty International exprime son indignation à la nouvelle que le gouvernement vietnamien, dans une décision signée le 5 janvier par le Premier ministre, a transformé en secret d’État le signalement et la diffusion des statistiques sur la peine de mort.

« En se cachant derrière des décrets draconiens pour protéger de soi-disant "secrets d’État", les autorités vietnamiennes bafouent les normes internationales relatives aux droits humains, ainsi que les droits fondamentaux liés à la liberté d’expression et d’accès aux informations », a déclaré l’organisation ce mercredi 7 janvier.

Amnesty International s’oppose dans tous les pays à la peine de mort, qu’elle considère comme le châtiment cruel, inhumain et dégradant ultime, et comme une violation du droit à la vie.

Selon des sources médiatiques vietnamiennes officielles suivies par Amnesty International, plus de 100 personnes ont fait l’objet d’une condamnation à mort et plus de 60 ont été exécutées en 2003. L’organisation estime que ces chiffres sont incomplets et que le nombre véritable des personnes mises à mort par l’État vietnamien est bien plus élevé. Les deux statistiques citées ci-dessus représentent une hausse d’au moins 100% par rapport à l’année précédente.

« La hausse impressionnante du recours à la peine de mort relevée en 2003, y compris pour des infractions économiques, constitue une grave préoccupation et n’est pas justifiée », a souligné Amnesty International. « Au cours de la première semaine de l’année 2004 seulement, six personnes ont déjà été exécutées et trois condamnées à mort », a ajouté l’organisation.

Dans le rapport d’Amnesty International publié en août 2003 République socialiste du Vietnam. La peine de mort : inhumaine et inefficace (index AI : ASA 41/023/2003), l’organisation exprimait son inquiétude quant à l’application de la peine de mort au Vietnam, qu’Amnesty International considère comme contraire aux normes internationales relatives aux droits humains. Prononcée à l’issue de procès fréquemment inéquitables, la peine de mort est appliquée dans des conditions qui peuvent conduire à des erreurs judiciaires irréparables.

L’organisation rappelle aux autorités vietnamiennes que dans une résolution d’avril 2003 sur le recours à la peine de mort, les Nations unies demandent que les informations concernant l’application de la peine de mort et les exécutions prévues soient mises à la disposition du public. Au Vietnam, même les proches des personnes risquant d’être exécutées ne sont pas informés à l’avance.

« Il est étrange de voir un gouvernement, qui croit manifestement en l’effet dissuasif de la peine de mort, essayer à présent d’empêcher toute information sur son application. Ce manque de transparence décrédibilise sa position. Qu’est-ce que les autorités vietnamiennes ont à cacher ? » a demandé Amnesty International ce mercredi 7 janvier.

Pour obtenir le texte complet du rapport sur la peine de mort, merci de consulter : République socialiste du Vietnam. La peine de mort : inhumaine et inefficace http://web.amnesty.org/library/index/fraasa410232003

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.