Wallonie, un pas important dans la bonne direction

Suite à la publication aujourd’hui de la déclaration de politique wallonne 2019-2024, Amnesty International se félicite de la volonté du futur gouvernement de se mettre en conformité avec le décret relatif au commerce des armes de 2012 et de ne plus octroyer de licence relative à de nouveaux contrats à destination des pays qui ne répondent pas aux conditions et critères de ce même décret.

« En optant pour le respect du droit wallon, de la Position commune européenne et du Traité sur le commerce des armes, les formateurs du futur gouvernement ont fait un pas important dans le bon sens, mais des questions restent en suspens, comme celle de la transparence, notamment en ce qui concerne l’information portant sur les décisions prises en matière d’octroi des licences d’exportation », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

L’organisation approuve le fait que, enfin, le fonctionnement et la composition de la commission d’avis feront l’objet d’un arrêté du gouvernement, tel que cela est prévu dans le décret de 2012, et attend que la société civile soit associée à son l’élaboration, comme le prévoit par ailleurs la Déclaration de politique régionale. L’intention du futur gouvernement de jouer un rôle actif au Coarm constitue également un motif de satisfaction.

Amnesty International se félicite en outre de la volonté de rassembler rapidement « les parties prenantes afin d’établir un dialogue en toute transparence devant conduire à une vision à long terme de leurs activités » et « de les soutenir dans leur redéploiement et diversification ».

« Bien entendu, nous resterons vigilants pour que ces engagements soient respectés et que des pays responsables de violations massives des droits humains ou de crimes de guerre ne reçoivent plus d’armes wallonnes, mais, pour cela, plus de transparence est encore nécessaire. L’expérience récente des appels au Conseil d’État l’a montré à suffisance », conclut Philippe Hensmans.

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !