ZIMBABWE : Appel aux dirigeants du Commonwealth à l’occasion de la Journée du Commonwealth

Index AI : AFR 46/004/2003

À l’occasion de la Journée du Commonwealth, le 10 mars, Amnesty International appelle les dirigeants du Commonwealth à prendre des mesures rigoureuses en réaction à l’escalade de la répression menée par le gouvernement zimbabwéen contre les défenseurs des droits humains, les responsables de l’opposition et les médias indépendants.

« Les sympathisants et les responsables du parti d’opposition Movement for Democratic Change (MDC, Mouvement pour le changement démocratique), les médias indépendants, les responsables religieux et les défenseurs des droits humains continuent d’être victimes de harcèlement, d’arrestations arbitraires et de mauvais traitements aux mains des autorités zimbabwéennes », a déclaré Amnesty International.

Depuis le début de l’année 2003, la violence à caractère politique s’est intensifiée, principalement en conséquence des efforts menés par le gouvernement pour réduire au silence l’opposition avant les matchs de la Coupe du monde de cricket, ainsi que dans la période précédant les élections législatives partielles prévues à Kuwadzana et Highfield, deux circonscriptions densément peuplées de la banlieue d’Harare. À l’approche de ces élections, qui doivent avoir lieu les 29 et 30 mars, les députés du MDC et les responsables et sympathisants de l’opposition sont pris pour cibles par les autorités gouvernementales et les milices, qui se rendent coupables d’actes d’intimidation, d’arrestations arbitraires et de torture.

Ainsi, le 2 mars, pas moins de 72 sympathisants du MDC ont été arrêtés alors qu’ils revenaient d’une réunion publique au cours de laquelle s’était exprimé le président du MDC, Morgan Tsvangirai, à Harare. Ils ont été emmenés dans plusieurs postes de police, où ils ont été agressés et frappés par les policiers avant d’être libérés.

Le même jour, Nelson Chamisa, candidat du MDC pour la circonscription de Kuwadzana, a été arrêté par la police avec 10 autres militants du MDC alors qu’ils distribuaient des tracts en prévision des élections. Tous ont été libérés dans la journée, mais se sont vu interdire par la police de faire du porte-à-porte.

Le 28 février, 23 responsables religieux ont été arrêtés par des policiers alors qu’ils tentaient de leur remettre une pétition demandant la fin des violations des droits humains par la police. Ils ont été détenus pendant plusieurs heures avant d’être libérés sans inculpation.

« Le Commonwealth devrait faire clairement savoir au gouvernement du Zimbabwe que ces actes constituent une violation flagrante des principes relatifs aux droits humains inscrits dans la Déclaration d’Harare, adoptée par le Commonwealth en 1991 », a déclaré Amnesty International.

L’organisation exhorte les gouvernements du Commonwealth à user de toute leur influence pour encourager les autorités zimbabwéennes à mettre fin immédiatement aux violations des droits humains commises par le gouvernement. L’écart entre les principes contenus dans la Déclaration d’Harare de 1991 et la réalité de la situation des droits fondamentaux au Zimbabwe nécessite de toute urgence une nouvelle action du Commonwealth.

« Le Commonwealth devrait affirmer clairement et fermement que la détérioration de la situation au Zimbabwe ne saurait être ignorée et que les autorités zimbabwéennes ne devraient pas permettre que les droits humains soient ainsi bafoués en toute impunité. Les États membres devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour que les autorités zimbabwéennes assument leurs responsabilités aux termes de la Déclaration d’Harare », a souligné Amnesty International.

« À l’heure où les 54 États membres du Commonwealth célèbrent leurs liens réciproques, les citoyens du Zimbabwe ne devraient pas se retrouver seuls face à l’escalade de la répression et de la violence de l’État », a conclu l’organisation de défense des droits humains.

Complément d’information
La Journée du Commonwealth est une journée au cours de laquelle, chaque année, les 54 États membres du Commonwealth célèbrent leurs liens réciproques. Elle est fêtée à travers le monde le deuxième lundi de mars.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.