ZIMBABWE : Diffusion d’informations trompeuses concernant la participation d’Amnesty International à une campagne lancée en Afrique du Sud

Index AI : AFR 46/035/2004
ÉFAI

Lundi 8 novembre 2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International a réagi ce lundi 8 novembre à un certain nombre
d’informations trompeuses, attribuées à tort à la section sud-africaine de
l’organisation et à d’autres organisations non-gouvernementales partenaires
en Afrique du Sud.

Selon ces informations, largement diffusées au moyen de courriers
électroniques, Amnesty International Afrique du Sud et CIVICUS, ainsi qu’un
certain nombre d’ONG et d’organisations de la société civile, mobiliseraient
leurs membres en vue d’empêcher toute entrée au Zimbabwe et de perturber la
vie de ce pays entre le 4 et le 8 décembre 2004.

Contrairement aux informations largement diffusées dans ces courriers
électroniques et reprises par certains médias, Amnesty International
rappelle que, dans sa campagne pour la protection et la promotion des droits
humains au Zimbabwe, elle a opté pour le dialogue et adopté une approche
exclusivement pacifique.

Prendre position en faveur de toute action pouvant conduire à des actes de
violence est contraire aux principes guidant l’action d’Amnesty
International.

Complément d’information

Dans le cadre de leur action en cours en faveur des droits humains au
Zimbabwe, Amnesty International Afrique du Sud et CIVICUS, Alliance
internationale dédiée au renforcement de l’action citoyenne et de la société
civile à travers le monde, ont annoncé en début de semaine leur projet
d’organiser une Marche de solidarité de frontière à frontière le 10 décembre
2004, Journée internationale des droits humains.

L’initiative conjointe d’Amnesty International Afrique du Sud et de CIVICUS
impliquera des citoyens des pays voisins, Zambie, Mozambique, Botswana et
Afrique du Sud, qui marcheront « pacifiquement » en direction des frontières
du Zimbabwe à cette date.

Cette marche est destinée à rassembler des organisations de la société
civile des pays voisins du Zimbabwe, des Zimbabwéens de la diaspora et tous
les citoyens en général qui souhaitent exprimer leur inquiétude à propos des
violations persistantes des libertés fondamentales du peuple zimbabwéen.
Elle vise également à apporter un soutien à l’abrogation ou l’amendement de
lois répressives, actuellement en vigueur ou en préparation au Zimbabwe,
notamment le projet de loi récemment soumis sur les organisations
non-gouvernementales et les Églises.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.