ZIMBABWE:Les attaques contre les personnes travaillant à Charleswood Farm et leurs enfants doivent cesser immédiatement

Index AI : AFR 46/006/2004

ÉFAI

Lundi 5 avril 2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Roy Bennet est parlementaire de l’opposition de Chimanimani. Des personnes travaillant sur son exploitation, ainsi que des enfants dès l’âge de huit ans, font l’objet d’une série d’agressions violentes de la part d’agents de l’État et de partisans du parti au pouvoir. Depuis le début de l’année 2004, des hommes, des femmes et des enfants sont ainsi agressés ; deux femmes ont été violées et un homme a été tué.

« Les autorités du Zimbabwe doivent prendre des mesures immédiates pour mettre fin aux agressions contre les employés de Charleswood Farm, et ouvrir une enquête approfondie, impartiale et transparente sur toutes les allégations d’atteintes aux droits humains sur ce lieu, afin de traduire en justice les responsables de ces violences », a déclaré Amnesty International.

Le 2 avril 2004, 17 enfants de Charleswood Farm (l’exploitation de Roy Bennet), âgés de huit à dix-sept ans, ont été arrêtés par des soldats alors qu’ils rentraient chez eux après un match de football. Après avoir été forcés à se battre entre eux, ils ont été frappés par les soldats. Cet événement a été rapporté à la police, mais à ce jour, aucune arrestation n’aurait eu lieu.

Le 26 mars 2004, un certain nombre de policiers seraient entrés de force dans le domicile d’une femme de Charleswood Farm, puis l’auraient menottée et frappée. Par la suite, l’un d’eux l’a violée. Le lendemain matin, la victime a rapporté le viol au poste de police local et identifié le policier violeur. Un policier aurait été arrêté.

Le 6 février 2004, trois femmes travaillant à Charleswood Farm ont été enlevées par des « vétérans » qui les ont passées à tabac et ont lâché des chiens sur elles. L’une des femmes, Violet Ngwenya, a été par la suite emmenée dans une autre pièce, où elle a été violée à plusieurs reprises. Les trois femmes ont été relâchées le lendemain, et ont rapporté cette agression à la police locale. Un homme a été arrêté en lien avec le viol de Violet Ngwenya.

Deux jours plus tard, Shemi Chimbarara a été abattu à Charleswood Farm, au moment semble-t-il où un membre de l’Armée nationale du Zimbabwe a ouvert le feu sur un groupe d’ouvriers agricoles. Un autre ouvrier, John Kaitano, a été blessé à la jambe. Un membre de l’Armée nationale du Zimbabwe a été arrêté par la suite et aurait été inculpé d’homicide.

Amnesty International demande aux autorités zimbabwéennes de faire en sorte que la police et l’armée respectent les normes les plus strictes en matière de professionnalisme et de respect des droits humains.

Contexte

Amnesty International a déjà fait état des atteintes systématiques aux droits humains qui ont lieu sur l’exploitation de Roy Bennet.

En mars 2003, Steven Tonera, un gardien travaillant à l’exploitation de Ruwa, une propriété de Roy Bennet, a été tué après une agression violente par des membres de l’Armée nationale du Zimbabwe. Steven Tonera était accusé d’entraîner les soldats du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) et d’avoir brûlé un autobus au cours de la grève nationale massive déclenchée les 18 et 19 mars par le MDC. Steven Tonera a été passé à tabac et aurait été torturé à l’électricité sur les doigts, les orteils et les genoux. Plus de 80 autres personnes travaillant à l’exploitation ont également été agressées et rouées de coups de matraque ; parmi ces victimes figurent le directeur de l’exploitation, Norman Gardiner, et sa femme Isobel. Les 26 et 27 mars 2003, des membres de l’Organisation centrale de renseignements (CIO) ont agressé et frappé jusqu’à cent personnes travaillant à Charleswood Farm.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.