La tombe d’un défenseur des droits humains assassiné devant l’ambassade de Colombie

Ce mercredi, des militant·e·s d’Amnesty International se sont rassemblé·e·s devant l’ambassade de Colombie, à Bruxelles, pour reproduire la tombe de Bernardo Cuero, un défenseur des droits humains, leader du mouvement pour les droits des afro-colombiens (AFRODES), assassiné le 7 juin 2017 devant son domicile par deux inconnus à moto.

À cette occasion, Erlendy Cuero, la soeur [1] de Bernardo, elle aussi militante d’AFRODES, a prononcé un discours devant la sépulture, laquelle était entourée de photos d’autres activistes assassinés.

« Le cas de Bernardo illustre bien la situation dramatique des défenseur·e·s des droits humains en Colombie », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. « Nous appelons les autorités colombiennes à notamment mener des enquêtes approfondies et poursuivre en justice les responsables du meurtre de Bernardo Cuero, ainsi qu’à prendre toutes les mesures appropriées pour garantir la sécurité des militant·e·s, particulièrement celle des membres de l’AFRODES et des proches de Bernardo. »

En raison de son engagement, Bernardo Cuero a subi pendant plusieurs années différentes menaces et tentatives de meurtre, notamment un attentat à la bombe en 2013 et des coups de feu tirés sur sa maison en juin 2016. Quelque neuf mois après son assassinat, en mars 2018, ses deux fils ont eux aussi été tués.

Erlendy Cuero et sa famille sont également visés. Tout comme son fils, elle a fait l’objet d’une tentative de meurtre, et son père a été assassiné. Erlendy a par ailleurs été victime de violences sexuelles et de déplacement forcé.

Notes

[1Erlendy et Bernardo ne sont pas frère et soeur à proprement parler, mais ils se sont toujours considérés comme tels.

Toutes les infos
Toutes les actions

Pour un arrêt définitif des exportations d’armes à l’Arabie saoudite

Appelez le prochain gouvernement wallon à stopper les exportations d’armes wallonnes à destination des pays qui commettent de graves violations des droits humains. Signez en ligne !