Hongrie, Une sombre journée pour la communauté LGBTI

Hongrie LGBTQ

De grandes organisations de défense des droits humains se sont unies pour condamner la décision du Parlement hongrois d’adopter une loi qui privera les couples non mariés du droit à l’adoption et deux autres modifications constitutionnelles qui restreindront encore davantage les droits des personnes LGBTQ.

« C’est une sombre journée pour la communauté LGBTQ de Hongrie et une sombre journée pour les droits humains. Ces nouvelles lois discriminatoires, homophobes et transphobes, adoptées à la hâte sous couvert de la pandémie de Covid-19, ne sont que la dernière attaque en date des autorités hongroises contre les personnes LGBTQ », explique David Vig, directeur d’Amnesty Hongrie.

« Ces lois restreignent encore davantage les droits des enfants et parents LGBTI en Hongrie. Les enfants LGBTI seront forcés à grandir dans un environnement les empêchant d’exprimer leur identité, et des enfants partout en Hongrie seront privés de familles sûres et aimantes, car l’adoption sera réservée aux couples hétérosexuels mariés. Cette manœuvre visant à adopter à la hâte ces nouvelles dispositions discriminatoires, homophobes et transphobes s’inscrit dans le cadre d’une attaque continue des autorités hongroises contre les personnes LGBTI », explique encore Katrin Hugendubel, directrice des actions de plaidoyer de l’ILGA.

« Plus tôt cette année, la Hongrie a privé les personnes transsexuelles de la possibilité de modifier leur nom et leur marqueur de genre à l’état civil. Nous sommes très inquiets pour la santé et la sécurité des enfants et adultes transsexuels en Hongrie dans un climat si hostile. Nous appelons la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à aborder les droits des parents LGBT, les tentatives d’invisibiliser les enfants d’identités de genre diverses et l’interdiction du changement de genre à l’état civil dans le cadre de l’évaluation de l’état de droit en Hongrie menée par la Commission et des procédures en cours contre la Hongrie au titre de l’article 7 du Traité sur l’Union européenne », indique Masen Davis, directeur exécutif de Transgender Europe.

Complément d’information

Le Parlement hongrois a adopté un projet de loi interdisant aux couples non mariés d’adopter et des modifications de la Constitution disposant que « la mère est une femme et le père est un homme » et que la Hongrie « protège l’identité des enfants par rapport à la déclaration du sexe à la naissance », ce qui risque de renforcer la stigmatisation que subissent les personnes transgenres et intersexes en Hongrie.

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit