Iran, il faut indiquer le lieu de détention du Dr Djalali

Amnesty International nourrit de vives inquiétudes quant à la sécurité et l’intégrité d’Ahmadreza Djalali, médecin irano-suédois, enseignant invité de la VUB détenu en Iran, et condamné à la peine de mort. Au cours de la semaine, il a été transféré, les yeux bandés, de l’aile de la prison d’Evin où il était incarcéré, vers un lieu tenu secret. Ni sa famille ni son avocat ne savent où il est détenu ni ne connaissent les raisons de ce transfert.

« Nous considérons ce transfert comme une disparition forcée, qui est en soi une violation grave des droits humains et qui augmente par ailleurs le risque de torture et de mauvais traitements », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International. « L’Iran doit immédiatement mettre fin à cette action illégale et faire la lumière sur le nouveau lieu de détention du Dr Djalali. Nous appelons d’autres pays, en particulier la Belgique, l’Italie et la Suède, à contacter les autorités iraniennes de toute urgence pour demander des éclaircissements. »

Suite à un procès inique et entaché de torture, Ahmadreza Djalali a été condamné en 2017 à la peine capitale en raison de prétendues activités d’espionnage. Il risque d’être exécuté à tout moment et son état de santé est extrêmement inquiétant. Amnesty International demande que cette condamnation à mort soit annulée et qu’il soit libéré immédiatement et sans condition.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.