Libye, le viol de l’embargo sur les armes menace les civils

La vie et la sécurité des 1,2 million de civils de Tripoli sont en danger alors que les parties en conflit utilisent tout un ensemble d’armes sophistiquées importées en Libye, en violation d’un embargo sur les armes décrété par les Nations unies [1], a déclaré Amnesty International le 3 juillet 2019 parallèlement à la diffusion d’une nouvelle vidéo de l’organisation marquant les trois mois d’offensive sur la capitale.

L’intensification des violences depuis le 4 avril a contraint plus de 100 000 civils [2] à s’enfuir de chez eux, et entraîné de longues coupures d’électricité chaque jour, ce qui a de lourdes conséquences sur la fourniture de soins de santé et d’autres services de base dans de nombreux quartiers de la ville. Les tirs de roquettes et d’artillerie frappent souvent des zones civiles éloignées du front et perturbent fréquemment le trafic aérien sur le seul aéroport de Tripoli encore en activité.

« Les terribles conséquences de la bataille de Tripoli sont même visibles depuis l’espace, des images satellites montrant de vastes zones de la ville à présent plongées dans le noir. De plus, les éléments de preuve sous forme de vidéos et de photos que nous avons réunis et vérifiés montrent que ce sont les secteurs, habitations et infrastructures civils qui sont le plus durement touchés, a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« L’embargo sur les armes de l’ONU vise à protéger les civils en Libye. Mais la Jordanie, les Émirats arabes unis et la Turquie, entre autres, le bafouent manifestement en fournissant des véhicules blindés, des drones, des missiles guidés et d’autres armes. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit de toute urgence prendre des mesures pour faire respecter l’embargo, et les parties en conflit doivent respecter le droit international humanitaire et cesser de mettre en permanence en danger les civils. »

Complément d’information

Les affrontements armés à Tripoli et autour de la ville se sont intensifiés le 4 avril 2019, quand les forces de l’Armée nationale libyenne autoproclamée, menées par le général Khalifa Haftar, ont lancé une offensive pour reprendre la ville au gouvernement d’union nationale, reconnu par la communauté internationale.

Les éléments réunis par Amnesty International, provenant de sources sur le terrain et d’analyses de vidéos et d’images satellites vérifiées, montrent que depuis le début de l’offensive, les deux parties ont commis des violations du droit international humanitaire,y compris de possibles crimes de guerre, lors d’attaques menées sans discrimination contre des quartiers résidentiels et d’attaques contre des centres de détention pour migrants et réfugiés.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé en février 2011 (résolution 1970) un large embargo sur les armes qui couvre les fournitures d’armes destinées à la Libye et provenant de Libye. Depuis juin 2016 (résolution 2292), le Conseil de sécurité autorise les États membres à inspecter les bateaux en haute mer au large des côtes libyennes qui sont soupçonnés d’une violation de l’embargo sur les armes.

Toutes les infos
Toutes les actions

Libération pour les manifestant-es pacifiques au Nicaragua !

Pétition contre la répression de la liberté d’expression et pour la libération d’activistes pacifiques au Nicaragua adressée au Président de la République Daniel Ortega Saavedra.