Pakistan : Avancées historiques en termes de droits humains

Le Pakistan a réalisé des avancées historiques pour les droits des personnes vivant dans les zones tribales le long de la frontière afghane avec l’adoption d’une nouvelle modification de la Constitution qui annule des lois honteuses datant de l’époque coloniale.

Avec ce vote, c’est la deuxième fois ce mois-ci que le Parlement pakistanais s’unit malgré de profonds clivages politiques sur des sujets essentiels liés aux droits humains, après l’adoption de la Loi relative à la protection des droits des personnes transgenres.

« C’est un moment historique qui met fin à plus d’un siècle et demi de lois draconiennes remontant à l’époque coloniale pour les habitants des zones tribales. Ceux-ci peuvent enfin jouir des mêmes droits inscrits dans la Constitution que les autres citoyens Pakistanais, rompant avec un passé honteux constitué de règles arbitraires et punitives », a déclaré Omar Waraich, directeur adjoint pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

Cette modification de la Constitution met fin à la fameuse Ordonnance de 1901 relative aux crimes commis dans la zone-frontière, instaurée sous l’autorité britannique au XXIe siècle. Aux termes de celle-ci, les personnes vivant dans les zones tribales étaient expressément privées de leur droit de contester leur détention, de leur droit à une assistance juridique et de leur droit de présenter des éléments pour se défendre, si bien que de nombreuses violations des droits humains étaient cautionnées.

La modification prévoit que les zones tribales sous administration fédérale seront intégrées dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest du pays), devenant ainsi régies par la Constitution du Pakistan pour la première fois de l’histoire.
Au début du mois, le 5 mai 2018, le parti au pouvoir et ceux de l’opposition ont adopté ensemble l’une des lois les plus progressistes au monde en ce qui concerne les droits des personnes transgenres.

« Le Pakistan devient le premier pays d’Asie et l’un des rares dans le monde à reconnaître l’identité de genre ressentie par les personnes transgenres. Celles-ci peuvent désormais obtenir des documents officiels reflétant leur identité de genre et participer ainsi pleinement à la société, sans discrimination, a déclaré Omar Waraich.

« Même s’il reste encore beaucoup à faire pour garantir les droits de ces deux minorités, il s’agit d’un moment rare où les forces politiques qui s’affrontent constamment ont trouvé la volonté d’aborder des questions liées aux droits humains au Pakistan.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !