Belgique : les enfants ne doivent jamais être détenus pour des raisons liées à l’immigration

Suite au feu vert du Comité ministériel restreint à l’arrêté royal pris par le secrétaire d’État à l’asile et à la migration au sujet de la création d’unités familiales dans l’enceinte du centre fermé 127 bis, à Steenokkerzeel, Amnesty International rappelle qu’elle s’oppose à la détention des enfants qui ne doivent jamais être détenus pour des raisons liées à l’immigration, car une mesure de détention ne saurait être prise dans leur intérêt supérieur.

« Amnesty International est opposée à toutes les détentions de mineurs, accompagnés ou non, uniquement pour des raisons liées à leur statut migratoire et recommande l’intégration dans la législation d’une présomption contre la détention de familles composées de parents et d’enfants pour des motifs liés à l’immigration », explique Philippe Hensmans, Directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

« Amnesty International est opposée à toutes les détentions de mineurs, accompagnés ou non, uniquement pour des raisons liées à leur statut migratoire et recommande l’intégration dans la législation d’une présomption contre la détention de familles composées de parents et d’enfants pour des motifs liés à l’immigration », Philippe Hensmans, Directeur de la section Belge francophone d’Amnesty International

Amnesty International demande à l’ensemble des États qui y recourent de prendre des mesures concrètes pour mettre fin à la pratique de la détention d’enfants en s’engageant publiquement à mettre un terme à la détention d’enfants uniquement au titre des lois sur l’immigration. L’organisation de défense des droits humains demande aux Etats concernés de mettre en place des cadres nationaux législatifs et politiques qui empêchent toute détention d’enfants pour des raisons liées à la migration.

« Maintenant que le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration a obtenu l’accord du Premier ministre et des principaux ministres du gouvernement fédéral concernant le projet d’arrêté royal sur les centres fermés et les « unités » (ou logements) pour les familles, c’est une honte que la Belgique puisse compter parmi les Etats qui recourent à cette pratique », s’insurge Philippe Hensmans.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !