UE, Didier Reynders rencontre des défenseures des droits fondamentaux

Afin de marquer le début de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères des États membres (Gymnich) organisée les 29 et 30 août à Helsinki et durant laquelle les ministres vont rencontrer des défenseures des droits humains venant du monde entier, Amnesty International a demandé aux délégués de s’engager à renforcer la protection de ces femmes exemplaires.

Cette réunion intervient à un moment où les personnes qui défendent les droits, en particulier les femmes, se heurtent de façon croissante à des dangers partout dans le monde, y compris dans l’Union européenne (UE). Figure parmi les défenseures qui participeront à cet événement Maria Teresa Rivera, une défenseure du Salvador qui mène campagne pour les droits à l’avortement depuis qu’elle a passé quatre ans en prison pour avoir subi une fausse-couche.

Eve Geddie, directrice du Bureau d’Amnesty International auprès des institutions européennes, a déclaré :

« Partout dans le monde, les femmes qui militent et mènent campagne mettent chaque jour en danger leur sécurité et même leur vie en défendant leur corps, leurs droits, leur territoire et leur communauté. En rencontrant des défenseures, les ministres de l’UE montrent à ces femmes que l’UE les soutient.

« Les défenseures des droits humains sont des femmes fortes. Mais elles se heurtent à des dangers bien spécifiques, notamment à des menaces et violences liées au genre, au harcèlement et à des campagnes de diffamation, en plus des autres dangers auxquels tous les défenseurs des droits humains sont toujours exposés. Les ministres doivent aujourd’hui s’engager à donner la priorité à tous les défenseur·e·s des droits humains, et en particulier aux femmes qui défendent ces droits, ainsi qu’aux questions sur lesquelles ces défenseur·e·s travaillent, dans toutes leurs discussions portant sur la politique étrangère. »

Maria Teresa Rivera, défenseure au Salvador, a déclaré : 

« J’ai la responsabilité de défendre les droits des femmes, et je dois me montrer à la hauteur de cet engagement. Je prends la parole non pas pour que les gens sachent qui je suis, mais pour qu’ils soient au courant de ce qu’il se passe. Notre travail de défense des droits humains doit être protégé, et l’UE doit nous soutenir. »

Complément d’information

Les défenseures ont été invitées à déjeuner avec les ministres le vendredi 30 août, après la réunion des ministres.

Le mois de juin 2019 a été marqué par le 15e anniversaire des lignes directrices de l’UE sur les défenseur·e·s des droits humains. En septembre, Amnesty International va publier un rapport sur la mise en œuvre de ces lignes directrices en Chine, en Russie, au Burundi, au Honduras et en Arabie saoudite.

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !