Communiqué de presse

Syrie. La décapitation d’un reporter est un crime de guerre mettant en relief le terrible risque que courent les journalistes

L’homicide présumé d’un journaliste américain porté disparu en 2012 en Syrie, perpétré par le groupe armé État islamique (EI), a toutes les apparences d’une exécution et constitue un crime de guerre, ce qui souligne la nécessité pour l’ensemble des pays ayant de l’influence dans la région de veiller à ce que les autres journalistes ayant disparu soient remis en liberté en toute sécurité, a déclaré Amnesty International mercredi 20 août.

Une vidéo mise en ligne par l’État islamique (anciennement connu sous le nom d’État islamique en Irak et au Levant, EIIL) affirme montrer la décapitation du journaliste indépendant James Foley, en représailles semble-t-il aux frappes aériennes américaines visant l’EI dans le nord de l’Irak.

« Cette vidéo choquante, si elle est authentique, est dévastatrice pour les proches de James Foley et terrifiante pour la famille, les amis et les collègues des journalistes qui continuent à manquer à l’appel en Syrie et dans le nord de l’Irak, et dont on craint qu’ils n’aient été capturés par des membres de l’EI », a déclaré Said Boumedouha, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

«  C’est un crime de guerre, et les personnes qui ont commis cet homicide et celles qui l’ont ordonné doivent être traduites en justice. »

« Il est impératif que l’ensemble des pays en proie au conflit et de ceux qui ont des liens avec la région usent de tous les moyens diplomatiques à leur disposition afin qu’aucun autre journaliste - ou individu exerçant une activité légitime dans cette zone - ne soit tué pour avoir fait son travail. »

L’EI affirme également avoir capturé un autre journaliste américain, Steven Sotloff, et déclaré que sa vie dépendait de la prochaine décision du président américain Barack Obama.

« Le fait que la vidéo laisse entendre que des journalistes sont pris pour cible en raison de l’implication du gouvernement américain en Irak est profondément inquiétant et attise la crainte que d’autres otages ne soient en grand danger », a déclaré Said Boumedouha.

« Les journalistes, comme tous les civils, sont seulement témoins des conflits armés et doivent être protégés plutôt que visés par des homicides brutaux. »

Les étrangers, y compris les journalistes, le personnel d’organisations internationales et les figures religieuses, font partie d’un vaste ensemble de personnes susceptibles d’être enlevées et soumises à une détention arbitraire par l’EI.

Amnesty International craint pour la sécurité d’Abdullah al Khalil, un avocat syrien de premier plan spécialisé dans la défense des droits humains, avec lequel l’organisation est en contact depuis longtemps, et qui serait aux mains de l’EI après avoir été semble-t-il enlevé devant son bureau d’al Raqqa, une ville du nord-est, en mai 2013.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Nouveau décret : stop à la discrimination et la haine toujours présentes

Donald Trump fait preuve de sectarisme anti-musulmans présenté sous le prétexte de la sécurité. La haine n’assurera pas plus de sécurité. Signez notre pétition