Coupable de solidarité : l’affaire de la Iuventa « Si c’est un crime de secourir des personnes en détresse, alors je plaide coupable. Coupable de solidarité. » (Dariush)

Italie Sauvetage Méditerranée Équipage Iuventa

Dariush Beigui est originaire de Hambourg. C’est un conducteur de péniche et un fan de musique punk. Sascha Girke vient de Potsdam, près de Berlin. Il a travaillé pendant de nombreuses années comme secouriste chez les pompiers. Dariush et Sascha sont également membres bénévoles de l’équipage du navire de sauvetage Iuventa. Enfin, ils étaient – le navire étant bloqué à terre à Trapani, en Italie, depuis bientôt quatre ans.

Voir notre rapport Italie – une pente glissante pour les droits humains : le cas du Iuventa

PDF - 433.7 ko

En une seule semaine en avril 2015, deux grands naufrages ont coûté la vie à plus de 1 200 personnes en Méditerranée centrale, révélant les conséquences mortelles de la décision des leaders européens en octobre 2014 de mettre un terme à l’opération de recherche et de sauvetage menée par l’Italie. Désireux de combler ce vide catastrophique, quelques navires d’ONG ont pris la mer, près de la Libye. La Iuventa les a rejoints en 2016. Depuis qu’il était en service, le navire avait sauvé plus de 14 000 personnes de la noyade.

Toutefois, les autorités italiennes ont saisi le navire en 2017 et ouvert une enquête sur 10 de ses membres d’équipage. Ils ont été inculpés d’avoir facilité l’immigration depuis la Libye vers l’Italie – en réalité de s’être rendus complices des passeurs. Ils n’ont rien fait de tel, ils ont juste sauvé des vies.

En janvier 2021, les charges ont été abandonnées contre six membres d’équipage, mais quatre autres encourent toujours jusqu’à 20 ans de prison – dont Sascha et Dariush. Hélas, ce n’est pas un cas isolé. À travers l’Europe, des personnes et des ONG sont menacées, harcelées et traînées devant les tribunaux uniquement pour avoir aidé des réfugié·e·s et des migrant·e·s en détresse, en mer ou sur terre.

La Iuventa n’est pas seulement un navire de sauvetage. C’est un symbole de l’opposition aux politiques européennes qui font de la Méditerranée l’une des frontières les plus mortelles au monde. C’est aussi un symbole de solidarité – et d’humanité – à l’égard des personnes fuyant la guerre, la persécution et la pauvreté.

À travers l’Europe, des personnes et des ONG sont menacées, harcelées et traînées devant les tribunaux uniquement pour avoir aidé des réfugié·e·s et des migrant·e·s en détresse, en mer ou sur terre

« Des gens se noient. Pourquoi personne ne parle de ce cauchemar quotidien en mer ? Pourquoi est-ce plus important que ces gens n’atteignent pas l’Europe plutôt qu’ils survivent ? » – Dariush

Nous savons tous que la solidarité n’est pas un crime. Mais alors, qu’est-ce donc exactement ?
Lorsque j’ai demandé aux membres d’équipage ce que la solidarité signifie pour eux, j’ai été frappée de voir que chacun a sa propre définition.

« La solidarité, cela veut dire que je suis aux côtés des gens. Peu importe que je les connaisse ou que j’ai exactement les mêmes opinions politiques. » – Dariush

Dariush a ajouté que « la solidarité, c’est le sentiment de ne pas être seul ».

La Iuventa n’est pas seulement un navire de sauvetage. C’est un symbole de l’opposition aux politiques européennes qui font de la Méditerranée l’une des frontières les plus mortelles au monde

Pour Sascha, il y a une dimension politique que l’on ne peut ignorer. Il est solidaire des personnes en mouvement parce qu’il le peut, et que les autorités ne le font pas.

« La solidarité, c’est être ensemble. Nous ne leur donnons pas une voix, ils en ont déjà une. Ils crient et personne n’écoute. »

La solidarité s’étend au-delà des frontières, au-delà des régions – au-delà des différences. C’est un moyen pour nous d’imaginer, et de mettre en œuvre, l’avenir que nous souhaitons. Dans son ouvrage publié en 2020 sous le titre Feminism, Interrupted, Lola Olufemi qualifie la solidarité de « mot d’action ». Et c’est le fil rouge de toutes les définitions que j’ai entendues. La solidarité n’a pas forcément le même sens pour tous, mais c’est le fait d’agir qui prime.

Vous pouvez le faire en soutenant l’équipage de la Iuventa et en réclamant l’abandon des poursuites. Vous montrerez ainsi votre solidarité avec tous ceux qui souhaitent se mettre à l’abri en Europe. Ceux qui y parviennent, et les autres. Sascha m’a confié :

« Il ne s’agit absolument pas de nous, il s’agit des personnes qui se lancent dans ces traversées – et cela n’a pas changé. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit