Lettre à l’ambassadeur du Royaume-Uni à propos de Julian Assange

Julian Assange fondateur de Wikileaks

Comme vous pouvez le voir par ailleurs, Amnesty International a réagi depuis longtemps (voir notamment notre communiqué d’avril 2019 demandant l’abandon des charges et sa non-extradition vers les Etats-Unis).

À l’approche des auditions du tribunal en charge de l’examen de cette demande d’extradition, tous les directeurs de sections d’Amnesty ont écrit à l’ambassadeur du Royaume-Uni dans leur pays.

Voici l’essentiel du texte du courrier que j’ai envoyé ce vendredi 21/2/2020.

Rien ne vous empêche de faire de même (toujours rester poli !), du moins, après avoir signé notre pétition demandant l’abandon des charges contre Julian Assange.

« Your Excellency,

I write to express my concern about the possibility of Julian Assange being extradited to the USA where he faces a real risk of serious human rights violations, including torture and other ill-treatment related to the likely conditions of his detention. 

Amnesty International’s research has shown that conditions in maximum security prisons in the USA are notoriously substandard and violate the most basic norms of humane treatment. Often, prisoners are held in prolonged solitary confinement, which amounts to torture and other ill-treatment. Julian Assange also faces a very real risk of an unfair trial, given the targeted public campaign against him undertaken by US officials at the highest levels that has severely undermined his right to be presumed innocent.

The UK government must abide by its obligations under international law that forbid the transfer of individuals to another country where they would face serious human rights violations. I have also read disturbing reports about Julian Assange’s health condition, and I would like to remind the UK authorities of their obligation under international human rights law to guarantee that people deprived of their liberty enjoy the same standards of health care as those available in the community. The UK authorities must ensure that Julian Assange has access to effective, independent physical and psychological care by a qualified medical team.

As you know, Julian Assange is currently being held at Belmarsh prison, solely on the basis of a US extradition request. The charges that underpin the extradition request stem directly from the publication of disclosed documents as part of his work with Wikileaks, conduct that should not be punishable in and of itself. I therefore have also urged the US authorities to drop all espionage and other related charges against him, which would allow for his prompt release from prison in the UK.

I am concerned that the prosecution of Julian Assange would have a chilling effect on the right to freedom of expression, leading journalists to self-censor from fear of prosecution. The activities for which he is charged mirror conduct that investigative journalists undertake regularly in their professional capacity, and his prosecution sets a dangerous precedent.

I call on the UK to ensure the human rights of Julian Assange are respected by :
* • Using its influence with the US authorities to ensure that all espionage and other related charges against him are dropped, which would put an end to the extradition proceedings and allow for his prompt release.
* • Strictly adhering to the principle of non-refoulement, which prohibits the transfer of individuals to another country where they would face a real risk of serious human rights violations.

Sincerely Yours,
Philippe Hensmans
Director Amnesty International Belgium (fr) »

Voici une traduction rapide EN FRANÇAIS :

« Votre Excellence,
Je vous écris pour vous faire part de mon inquiétude quant à la possibilité que Julian Assange soit extradé vers les États-Unis où il court un risque réel de graves violations des droits humains, notamment la torture et autres mauvais traitements liés aux conditions probables de sa détention.

Les recherches d’Amnesty International ont montré que les conditions de détention dans les prisons de haute sécurité aux États-Unis sont notoirement inférieures aux exigences du droit international et violent les normes les plus élémentaires de traitement humain. Souvent, les prisonniers sont maintenus en isolement prolongé, ce qui équivaut à de la torture et à d’autres mauvais traitements. Julian Assange est également confronté à un risque très réel de procès inéquitable, étant donné la campagne publique ciblée menée contre lui par des responsables américains au plus haut niveau, ce qui a gravement porté atteinte à son droit à la présomption d’innocence.

Le gouvernement britannique doit respecter ses obligations en vertu du droit international qui interdit le transfert d’individus vers un autre pays où ils seraient confrontés à de graves violations des droits humains.

J’ai également lu des rapports inquiétants sur l’état de santé de Julian Assange, et je voudrais rappeler aux autorités britanniques leur obligation, en vertu du droit international des droits humains, de garantir que les personnes privées de liberté bénéficient des mêmes normes de soins de santé que celles disponibles dans la communauté. Les autorités britanniques doivent veiller à ce que Julian Assange ait accès à des soins physiques et psychologiques efficaces et indépendants dispensés par une équipe médicale qualifiée.

Comme vous le savez, Julian Assange est actuellement détenu à la prison de Belmarsh, uniquement sur la base d’une demande d’extradition américaine. Les accusations qui sous-tendent la demande d’extradition découlent directement de la publication de documents divulgués dans le cadre de son travail avec Wikileaks, une conduite qui ne devrait pas être punissable en soi. J’ai donc également demandé aux autorités américaines d’abandonner toutes les accusations d’espionnage et autres accusations connexes portées contre lui, ce qui permettrait sa prompte libération au Royaume-Uni.
Je crains que les poursuites engagées contre Julian Assange n’aient un effet dissuasif sur le droit à la liberté d’expression, ce qui conduirait les journalistes à s’autocensurer par crainte de poursuites. Les activités dont il est accusé reflètent la conduite que les journalistes d’investigation adoptent régulièrement dans le cadre de leur profession, et ces poursuites constituent un dangereux précédent.

J’appelle le Royaume-Uni à veiller à ce que les droits humains de Julian Assange soient respectés :
 en usant de son influence auprès des autorités américaines pour faire en sorte que toutes les accusations d’espionnage et autres accusations connexes portées contre lui soient abandonnées, ce qui mettrait fin aux procédures d’extradition et permettrait sa libération rapide.
 En adhérant strictement au principe de non-refoulement, qui interdit le transfert d’individus vers un autre pays où ils courraient un risque réel de graves violations des droits de l’homme. »

Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition