BRICOLEUR DU COEUR : 10° EDITION

22 août 2013

Ce n’est pas la première fois que je couvre la remise des prix du concours Bricoleur du coeur et, cette année encore, j’ai été épatée par l’inventivité des lauréats. Ce concours créé par Handicap international récompense en effet les créateurs des meilleurs trucs et astuces visant à améliorer la vie quotidienne des personnes handicapées ou de leurs proches. En 2013, le jury a retenu trois réalisations : une table à langer sécurisée, pour éviter que Gilles, un petit garçon polyhandicapé, ne tombe quand on le change, un support pour trombone, pour que Simeon qui a perdu un bras dans un accident puisse en jouer d’une seul main et un frein bon marché qui bloque un siège de bureau pour que Zurab, handicapé, puisse s’y installer sans risque. Trois réalisations aussi ingénieuses que peu coûteuses.

Le concours Bricoleur du coeur fête cette année son dixième anniversaire et le bilan est largement positif. En dix ans, Handicap international a reçu quelque trois cents dossiers : trente dossiers par an en moyenne et trois lauréats seulement, un choix malaisé pour le jury comme l’explique Nicole Luyckx, de Handicap international. « C’est très difficile de choisir les gagnants. Chaque juré a sa sensibilité propre et puis, certaines années, on a envie de donner un prix à tout le monde ! » Parmi les projets soumis, Nicole Luycks retient notamment des meubles adaptés pour un couple en chaise roulante réalisés par des étudiants. « Pour moi, c’est un projet quasi idéal parce qu’il a permis à des jeunes qui ne sont pas confrontés au handicap de rencontrer des personnes qui le vivent au quotidien et de trouver une solution à leurs problèmes. » Et de regretter le manque d’implication des écoles. En fait, un seul établissement, la haute école de design et d’ergothérapie Howest de Courtrai, collabore régulièrement depuis quatre ou cinq ans. Deux des inventions primées cette année, le support pour trombone et le frein pour siège de bureau, ont d’ailleurs été réalisées par des élèves de cette école.

Dixième anniversaire oblige, le jury a décerné un prix spécial pour l’invention de la décennie. Il s’agit d’un plan incliné pour chaise électrique, léger et facilement transportable. Un accessoire qui reste malheureusement indispensable, comme l’explique Véronique Duson, ergothérapeute et membre du jury depuis la création du concours. « Dans une ville comme Bruxelles, par exemple, il y a beaucoup de bâtiments anciens qui restent inaccessibles, mais dans les nouvelles constructions, on doit prévoir un accès aisé pour les chaises roulantes, c’est une obligation. » Uneobligation qui n’est hélas pas toujours respectée ! Véronique Duson pense néanmoins qu’en dix ans, des progrès ont été réalisés. « J’ai envie de dire que les autorités sont un petit peu plus conscientes des difficultés auxquelles se heurtent les personnes handicapées, peut-être aussi parce que la population vieillit et que les adaptations prévues pour les handicapés peuvent également servir aux personnes âgées. Mais les progrès sont très, très lents. » Il reste en effet beaucoup à faire pour que les personnes handicapées puissent jouir de tous leurs droits sans contrainte. L’occasion de rappeler que la Belgique a ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits de la personne handicapée et qu’elle est donc tenue de la respecter. Mais les personnes valides ont également un rôle à jouer. Ne fût-ce qu’en respectant les places de parking qui sont réservées aux moins valides. « Si vous prenez leur place, prenez leur handicap ! »

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.