CHANTEZ POUR LE CLIMAT

15 septembre 2012

« Chantez pour le climat », c’est l’appel lancé par la Coalition Climat, une plate-forme qui regroupe quelque 70 associations belges, des organisations environnementales, des mouvements Nord-Sud et des associations sociales et socio-culturelles. Une action originale pour sensibiliser tout un chacun aux changements climatiques et pour rappeler aux hommes et aux femmes politiques qu’il est temps d’agir. Une piqûre de rappel, en quelque sorte : ce n’est pas la première fois que la Coalition Climat rassemble des milliers de personnes pour réclamer des mesures fermes pour enrayer le réchauffement climatique. Car la situation empire : l’augmentation de la température s’est accélérée à la fin des années 1970 et les trois records de température moyennes depuis le début des relevés en 1880 ont été enregistrés en 1998, en 2005 et en 2010.

Rappelez-vous : en 2008, le réalisateur Nick Balthazar réalise un clip intitulé « The big ask : act now » qui mobilise 6.000 figurants. Un an plus tard, 12.000 personnes dansent ensemble pour le climat sous sa houlette. C’était juste avant la conférence de Copenhague, la seule qui ait suscité un tel engouement médiatique et dont l’échec a été retentissant. La montagne accouchait d’une souris ! Cette année, la Coalition Climat et Nick Balthazar lancent un nouveau défi : ils vous invitent à chanter pour le climat. « Do it now », c’est le titre de la chanson, sur l’air de Bella Ciao.

Concrètement, le week-end prochain, à Bruxelles et dans pas mal de villes et communes de Flandre et de Wallonie, vous chanterez « Do it now » avec des chorales et des musiciens, sous la direction de cinéastes. Les images tournées déboucheront sur un clip qui sera largement diffusé, y compris en dehors de Belgique, histoire de donner envie à d’autres pays de faire la même chose. Cette action est menée deux mois avant la Conférence de Doha, la conférence de la dernière chance, en quelque sorte. On espère qu’elle débouchera sur un accord contraignant, plus ambitieux que le protocole de Kyoto, mais sans se faire trop d’illusions. La crise est passée par là, le réchauffement climatique ne fait plus la une de l’actualité et c’est dommage : l’avenir de nos enfants et petits enfants dépend de décisions qui doivent être prises aujourd’hui et pas demain. L’occasion de rappeler que chacun d’entre nous peut également participer à l’effort global.

Si vous souhaitez chanter pour le climat , une adresse : www.singfortheclimate.com Au moment où je boucle ce papier, il y a déjà 11.535 inscrits.

Un autre site intéressant : www.coalitionclimat.be

QUELQUES DATES CLES :

1992 : le Sommet de la terre à Rio marque la prise de conscience internationale du risque de changement climatique.

1997 : le protocole de Kyoto est adopté, il expirera en 2012. Il impose aux pays industrialisés de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2 % par rapport aux taux enregistrés en 1990, un objectif global : les efforts diffèrent en effet d’un pays à l’autre. La Belgique, par exemple, s’est engagée à réduire ses émissions de 7,5 %. Pour aider les pays à atteindre ses objectifs, le protocole prévoit ce qu’on appelle des mécanismes de flexibilité : l’échange de droits d’émissions, en d’autres termes, la possibilité d’acheter des droits de polluer, la mise en oeuvre conjointe, un mécanisme qui permet à un pays industrialisé d’investir dans des projets « propres » dans un autre pays industrialisé, en échange de crédits d’émissions, et le mécanisme de développement propre, fondé sur le même principe mais cette fois il s’agit de projets réalisés dans les pays en développement ou émergents. C’est d’ailleurs grâce à ces mécanismes que la Belgique a pu respecter ses engagements. Faute de mieux, elle a acheté plus de onze millions de crédits démissions dans d’autres pays, émergents pour la plupart, on peut le regretter. Les pays en développement avaient sans nul doute plus besoin d’investissements que la Chine, par exemple. 

2005 : le protocole de Kyoto entre en vigueur, sans le plus gros pollueur de l’époque, les Etats-Unis, qui se sont retirés du processus.

2007 : lancement officiel à Bali de la négociation sur l’après-Kyoto qui devrait aboutir en 2009.

2009 : la conférence de Copenhague échoue lamentablement. Elle était sensée déboucher sur un nouvel accord international contraignant, elle se contente d’adopter un texte juridiquement non contraignant qui affirme la nécessité de limiter le réchauffement à 2° par rapport à l’ère pré-industrielle, mais qui ne comporte aucun engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

2011 : la conférence de Durban parvient à adopter une feuille de route pour conclure en 2015 un pacte global de réduction des gaz à effet de serre qui devrait entrer en vigueur en 2020. Elle prévoit également de prolonger le protocole de Kyoto pour une durée qui reste à déterminer.

Permalink

| Leave a comment »

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.