ETRE MERE EN BELGIQUE ET DANS LES PAYS DU SUD : UNE ENORME DIFFERENCE

9 mai 2012

« Bienvenue à la vie : la santé des mamans et de leurs enfants ici et ailleurs », c’est le titre d’une exposition de photos présentée par Handicap International dans le Parc de Bruxelles. Des photos émouvantes, parfois dérangeantes ou surprenantes, qui montrent avec beaucoup de sensibilité qu’aujourd’hui encore, la maternité est un risque. Chaque année, 380.000 femmes, dont 99% dans les pays en développement, meurent en couches et 7,6 millions d’enfants meurent avant l’âge de 5 ans. La preuve que les objectifs du millénaire qui visent à réduire, en 2015, la mortalité infantile de deux tiers et la mortalité maternelle de trois quarts sont loin d’être atteints. L’exposition aborde également la question du handicap. Damien Kremer explique pourquoi. « Le risque de handicap est trop souvent oublié dans les projets de santé maternelle et infantile. Or, il faut savoir que, pour chaque maman qui meurt au moment de l’accouchement, trente auront des séquelles invalidantes qui peuvent être permanentes. D’où l’importance d’intégrer cette problématique et de veiller à un bon suivi des mères et des enfants. » 

L’exposition illustre trois thèmes : construire la vie, bonjour la vie et grandir, dans trois pays du sud, le Cambodge, le Vietnam et le Mali, et dans un pays du nord, le nôtre. « Bien sûr, nous ne menons pas de projets en Belgique, mais on voulait donner une référence, montrer comment cela se passe ici, comment cela se passe ailleurs, et montrer que, quel que soit le pays, les sentiments sont les mêmes. Toutes les mamans du monde souhaitent que la naissance se déroule bien et que l’enfant soit en bonne santé. » Si en Belgique, le système de santé assure à la plupart des mères une grossesse et un accouchement quasiment sans danger, si, grâce à des tests de dépistage qui détectent un handicap ou un risque de handicap, les bébés sont suivis, c’est loin d’être le cas dans beaucoup de pays en développement.

Layla Aerts a réalisé les photos réalisées au Vietnam et au Cambodge. Elle a accouché moins d’un an avant de partir en reportage. « En Belgique, on reste cinq jours à l’hôpital, on reçoit tous les soins et on trouve cela normal. J’ai pu voir que toutes les femmes n’ont pas cette chance. » Elle me montre une des photos auxquelles elle tient, celle d’un séance d’information organisée par Handicap International dans un village, au cours de laquelle les femmes apprennent notamment, avec un intérêt visible, des notions d’hygiène élémentaire. « Je voulais montrer cela parce que ce sont des notions que nous connaissons parfaitement en Belgique et on ne pense même pas qu’elles puissent être ignorées. » Un peu plus loin, Layla attire mon attention. « Cette très belle femme est enceinte de huit mois. Elle vend du poisson au marché du matin au soir, c’est très, très dur. » Elle a capté également, avec une émotion pleine de retenue, la douleur d’une femme qui vient de perdre un de ses jumeaux, l’amour d’une petite fille aveugle pour son petit frère, la tristesse d’une mère qui n’avait plus de lait et dont l’enfant était proche de la mort. Heureusement, il a pu être sauvé.

L’énorme différence qui oppose les pays du nord aux pays du sud a frappé également Bieke Depoorter, auteur des photos réalisées au Mali. Elle me montre la photo d’une jeune femme qui va accoucher. « Son accouchement s’est déroulé avec une sage-femme dans une pièce sans matériel, dans des conditions qu’on n’imagine pas en Belgique. Je n’ai pas encore d’enfant, mais j’en aurai peut-être et je suis très heureuse de vivre ici ! » Devant une autre photo, elle m’explique que, six heures après son accouchement, la jeune mère a dû rentrer chez elle, faute de places suffisantes au dispensaire. Elle tient également à me montrer une photo très émouvante, celle d’une petite fille lourdement handicapée dont le regard pétille et qui parvient à danser. « Toute sa famille l’adore, c’est très beau ! »

Les photos sont présentées sur de grands cubes éclairés, dans le Parc de Bruxelles, jusqu’au 29 mai. Une exposition à voir en famille, à plus forte raison au moment de la fête des mères.

 

Permalink

| Leave a comment »

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.