JOURNEE MONDIALE DU REFUGIE

20 juin 2013

Aujourd’hui, vous le savez, c’était la journée mondiale du réfugié, l’occasion de se pencher sur le sort de ces millions de déracinés. Jamais ils n’ont été aussi nombreux, souligne le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Fin 2012, on comptait dans le monde 15,4 millions de réfugiés, 937.000 demandeurs d’asile et 28,8 millions de personnes forcées de fuir à l’intérieur des frontières de leur propre pays soit, au total, 45,2 millions de d’hommes, de femmes et d’enfants. C’est le chiffre le plus élevé depuis 1994 et il n’inclut pas la hausse des personnes déracinées en 2013 par le conflit en Syrie, précise le HCR dans son dernier rapport. La guerre est la principale cause des déplacements de population : 55% des réfugiés sont originaires de cinq pays : l’Afghanistan, la Somalie, l’Iraq, la Syrie et le Soudan.

Et en Belgique ?

Le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA) a reçu 7.031 demandes d’asile depuis le début de cette année. Les pays d’origine les plus fréquemment représentés sont l’Afghanistan, la Guinée et la République démocratique du Congo. 229 d’entre elles ont été introduites par des mineurs, un forte baisse par rapport aux cinq premiers mois de 2012. On notera également que le CGRA a accordé le statut de réfugié à 1.189 personnes et un statut de protection subsidiaire à 928 autres.

Comme chaque année, la Journée mondiale du réfugié a donné lieu à plusieurs manifestations. Ce matin, 250 volontaires ont distribué des bonbons dans 27 gares belges. Pourquoi des bonbons ? Parce qu’il faut une minute pour en sucer un et qu’on estime qu’en une minute, huit personnes à travers le monde ont été obligées de fuir la guerre ou la persécution. Les volontaires ont également expliqué aux navetteurs que près de la moitié des réfugiés dans le monde et aussi en Belgique étaient des enfants de moins de 18 ans, seuls ou avec leurs parents.

Un peu plus tard, devant le cabinet de la secrétaire d’état à l’asile et à la migration, Maggie De Block, plus de 200 personnes ont répondu à l’appel du Kids Parlement, un mouvement qui réunit des jeunes de 12 à 18 ans, candidats réfugiés ou sans papiers, qui demandent que leur voix soit aussi entendue dans les procédures d’asile. « Seuls les mineurs non accompagnés sont considérés. Les autres sont perçus comme des accessoires de procédure » a déclaré à l’agence Belga Salma Benkhelifa, avocate pour Progress Law Network. Salma Benkhelifa plaide aussi pour que le niveau d’intégration des enfants soit pris en compte dans les procédures de régularisation.

Enfin, devant le Parlement européen, une cinquantaine d’activistes du Forum des migrants ont manifesté bruyamment, fidèles à leur slogan : « Contre le silence, faisons du bruit pour les réfugiés ». L’association juge que l’Europe applique des politiques sécuritaires et tient à combattre l’idée qu’elle accueille déjà toute la misère du monde. Sur ce dernier point, le HCR lui donne raison. Il signale en effet que les pays en développement abritent 81% des réfugiés dans le monde, contre 70% il y a dix ans et qu’en matière d’accueil, l’écart entre les pays riches et les pays pauvres ne cesse de se creuser.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.