LA FEDERATION DES MAISONS DE JEUNES LANCE « COMMUNE JEUNES ADMIS »

 

31 janvier 2013

« Construisons ensemble la politique locale de jeunesse !  », c’est le slogan de la campagne lancée aujourd’hui par la Fédération des maisons de jeunes en Belgique francophone et qui veut placer le jeune au coeur des actions politiques. Les 281 villes et communes de Wallonie et de Bruxelles recevront très prochainement une brochure les incitant à mettre en place des actions avec et pour les jeunes et les invitant à signer, avec la Fédération et les associations de jeunesse locales, une charte d’engagements visant notamment à soutenir et à développer les processus de participation des jeunes à la vie locale, à leur offrir des lieux d’innovation et d’expérimentation qui les aideront à repenser l’avenir de la société et leur propre avenir au sein de celle-ci dans une perspective de changement, à encourager l’initiative, la prise de responsabilité et l’éducation à la citoyenneté, etc. Les communes qui signeront cette charte recevront le label Commune jeunes admis et seront soutenues par la Fédération. On peut regretter le jargon « socio-cu  » de certains articles de la charte comme on peut regretter le conformisme de la conférence de presse au cours de laquelle la campagne a été présentée, l’initiative n’en est moins intéressante. Reste à voir ce que cela donnera concrètement mais, comme le disait la directrice de la Fédération des maisons de jeunes, Antoinette Corongiu « Nous avons six ans pour influencer la politique en faveur des jeunes ! » Rendez-vous donc dans six ans, pour tirer un bilan. En attendant, rendez-vous sur le site www.communejeunesadmis.be . A l’heure où je boucle ce papier, seule la ville de Braine-le-Comte et sa maison de jeunes La tôle errante ont signé la charte. En chantier, notamment, l’aménagement d’un studio et de locaux de répétition pour les groupes de jeunes musiciens de la région.

Permalink

| Leave a comment »

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse