LA FORCE DES FEMMES, UNE CHANCE POUR LA PAIX

10 novembre 2013

Savez-vous que 70% des victimes des conflits armés sont des femmes et des enfants ? Savez-vous que près de la moitié des victimes de violences sexuelles sont des jeunes filles de moins de quinze ans ? Ce n’est pas par hasard. De nos jours, le viol et autres crimes sexuels sont systématiquement utilisés comme armes de guerre pour démoraliser l’opposant et affaiblir les communautés, et les femmes sont souvent les cibles de prédilection des conflits armés.

La Résolution 1325, un projet ambitieux

Elle a été adoptée en octobre 2000 par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle exige que l’ONU et ses états membres développent des initiatives donnant un rôle plus important aux femmes dans les processus de paix. Elle exige aussi que les femmes soient davantage associées à la prévention de la violence et de la guerre et qu’elles participent aux négociations de paix et de reconstruction de leur pays. Un triple rôle axé sur la prévention, la protection et la participation. Malheureusement, la mise en oeuvre de cette résolution est très lente. Aujourd’hui, en effet, les femmes ne représentent que 7% des négociateurs lors des conférences pour la paix et la violence n’est presque jamais mentionnée dans les accords de paix. Entre 2006 et 2008, 3% seulement des projets relatifs à la reconstruction post-conflit mentionnaient explicitement les femmes en tant que groupe-cible et seuls 8% des projets de reconstruction visaient spécifiquement les besoins des femmes.

Les plans nationaux d’action 

Chaque état membre de l’ONU a été prié d’élaborer un plan national d’action. La Belgique vient d’adopter une deuxième version couvrant la période 2013-2016 et qui définit des objectifs prioritaires : le cadre normatif international ; l’intégration de la dimension genre dans le cadre de la résolution 1325 ; la protection des femmes et des filles contre toutes les formes de violence, y compris les violences sexuelles ; la participation des femmes dans les processus de maintien et de consolidation de la paix ; le soutien pour la mise en oeuvre de la résolution 1325 et du plan national d’action ; le suivi, le rapportage et le monitoring. Le plan définit des lignes d’action pour atteindre chacun de ces objectifs. Reste l’appliquer concrètement. Pour la présidente du Conseil des femmes néerlandophones, Magda De Meyer, c’est impossible sans impliquer la société civile. « Le monde politique et les citoyens peuvent se renforcer mutuellement dans le cadre de l’application de cette résolution qui est encore trop peu prioritaire, alors que de nombreuses guerres civiles font rage. » Fort de ce constat, le Conseil des femmes néerlandophones a publié une brochure pratique proposant dix actions permettant de participer activement à l’implémentation mondiale de la résolution.

Exemples d’actions concrètes

Porter un coquelicot blanc. « Les coquelicots rouges symbolisent l’héroïsme du soldat, rappelle Magda De Meyer, et les coquelicots blancs symbolisent la paix. » La brochure vous suggère également d’acheter des sachets de graines brodés à la main par la Maison des femmes d’Istalif en Afghanistan, de nominer une femme de la paix, de rencontrer des personnes d’autres cultures et de rendre hommage aux femmes dans la guerre. « Dans le cadre des commémorations des cent ans de la Grande Guerre, il est important de ne pas oublier que les femmes étaient elles-aussi concernées en tant que mères ou épouses, mais aussi en tant que réfugiées, résistantes, ouvrières, infirmières ou encore journalistes. »

Lors de la présentation de la brochure à la presse, la présidente du Forum interrégional des femmes congolaises pour le développement international, Marie-Claire Ruhamya, a insisté sur l’importance de mener, sur le terrain, des actions concrètes pour améliorer la condition des femmes. « Ventre affamé n’a pas d’oreilles », a-t-elle dit. Avant d’imposer la résolution, il faut identifier les besoins et trouver des solutions pour y répondre. » Et ces besoins sont nombreux, que ce soit dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’éducation, de l’accès à l’eau ou aux micro-crédits : des défis à relever en impliquant les femmes concernées. La condition sine qua non pour atteindre les objectifs de la résolution 1325.

Pour en savoir plus

www.iefh.belgium.be

www.forcedesfemmes.net

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.