LE BIEN-ETRE DES ENFANTS : DES PROGRES EN PERIL ? La question est posée...

13 avril 2013

La question est posée par l’Unicef qui vient de publier un rapport intitulé : « Le bien-être des enfants dans les pays riches » et qui mesure les progrès accomplis dans cinq domaines clés :

  • le bien-être matériel : taux de pauvreté, indice de privation matérielle…

  • la santé et la sécurité : taux de mortalité infantile, taux de vaccination …

  • l’éducation : taux de scolarisation en maternelle, taux d’inscription dans le secondaire…

  • les comportements et risques : consommation de tabac, d’alcool ou de cannabis, violence…

  • le logement et l’environnement : nombre de pièces par personne, pollution atmosphérique…

26 indicateurs sont ainsi mesurés.

En tête de classement : les Pays-Bas, la Norvège, l’Islande, la Finlande et la Suède. En queue de peloton : les Etats-Unis suivis de la Lituanie, la Lettonie et la Roumanie, la preuve qu’il n’y a pas de rapport direct entre le niveau de bien-être des enfants et le PIB par habitant. La Belgique occupe la neuvième place, un classement relativement bon qu’il faut toutefois nuancer.

En matière de pauvreté, la Belgique est classée 16° sur 29. Chez nous, plus de 10% des enfants vivent dans des ménages dont le revenu disponible est inférieur à 50% du revenu médian national : un haut taux de pauvreté relative qui prouve, selon l’Unicef, que les politiques menées restent inégalitaires et ne parviennent pas à combler la fracture sociale.

Autres chiffres inquiétants : le taux d’enfants impliqués dans des bagarres (39%) et le taux de harcèlement (38%). Dans ces deux domaines, la Belgique est en bas de classement.

En matière d’enseignement, la Belgique obtient un très bon score : elle occupe la deuxième place après les Pays-Bas. Mais là aussi, il faut nuancer. Certes, l’éducation de la petite enfance est pratiquement universelle. Certes, le nombre d’adolescents inscrits dans l’enseignement secondaire est élevé, mais notre pays compte également près de 6% de jeunes de 15 à 19 ans exclus de l’enseignement, du travail et de la formation.

Le rapport analyse également les progrès réalisés en dix ans. Les taux de mortalité infantile et d’ « aisance familiale faible » ont diminué, de même que, dans pas mal de pays, la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis. Par ailleurs, le taux de scolarisation dans l’enseignement secondaire a augmenté. Ces progrès seront-ils maintenus dans le futur ? Rien n’est moins sûr. Les chiffres cités dans le rapport datent de 2010. Depuis, les politiques d’austérité se succèdent et elles pénalisent les enfants, déplore l’Unicef qui demande aux gouvernements et aux partenaires sociaux de placer les enfants et les jeunes au coeur de leurs processus de prise de décision.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.